Bienvenue à toi Invité. ♫


Partagez | .
 

 Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain

avatar

Uragiri Shinami
Humain


Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2012




MessageSujet: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Sam 30 Juin - 19:57


Le temps passe vite lorsque l'on vit heureux ; mieux vaut vivre triste, non ?

« Humaine »

















Nom & prénom : Uragiri Shinami.
Sexe & sexualité : Fille - Bi à tendances homo.
Âge : 16 ans.
Pouvoirs : ///
Armes : Un couteau de boucher.
• Je n'aime pas les miroirs ; honnêtement, je ne m'aime pas.

Je ne vois toujours pas l'utilité de la chose, si ce n'est pour les aveugles. Mais soit, en pensant à cette minorité de personnes, je vais m'empresser de vous conter en détail l'apparence de notre amie.
Tout d'abord, Shinami est quelqu'un de très mince. Et de petite aussi, je suppose que les deux s'accordent. Elle doit mesurer approximativement 1m55, pour environ 35 kg. Elle n'a pour autant jamais été complexée par sa taille, même si souvent on se trompe lorsqu'on fait une approximation sur son âge. Aussi, elle n'a pas une poitrine très volumineuse, du B65 je crois. Mais elle ne se plaint pas de ça non plus, après tout, ce n'est pas une grosse poitrine qui fait une femme parfaite ! (Quelle phrase.) Du fait qu'elle ne sort que peu le jour, elle a une peau relativement pâle, proche de la porcelaine. Lorsque nous avons donc ces informations, nous pouvons représenter Shinami comme étant une poupée. Mais continuons.
La jeune fille possède de très longs cheveux blancs qui ondulent gracieusement jusqu'à atteindre ses genoux. Une frange peu stricte vient recouvrir son front, manquant de peu de cacher ses deux yeux d'or, semblable aux yeux d'un innocent chat. D'ailleurs, sur sa pâle peau, ceux-ci ressortent énormément, jour comme nuit. Son petit nez est presque inexistant, si bien que je ne pourrais vous le décrire. Sa fine bouche, esquissant toujours un timide sourire, se voit déjà un peu mieux, bien que toute aussi pâle que sa peau.
Au final, Shinami est bel et bien une poupée de porcelaine. Mettons-lui une robe pleine de frous-frous, je suis sûre que ça lui ira à ravir ! Ah, oui, ses goûts vestimentaires. Et bien justement, Shinami est très portée sur les jolies robes pleines de frous-frous, elle n'a jamais posté de pantalons ; quant aux t-shirt, débardeurs, jupes, elle n'en porte que rarement. Pour la couleur, elle reste en général dans des couleurs pâles, ou alors du noir.

• Je suis probablement dangereuse.

Ma foi, procédons par adjectifs pour décrire notre amie. Pour commencer, Shinami est gentille, bienveillante même. Laisser seule une personne en détresse est une chose qu'elle ne fera probablement jamais, peu importe que la personne veuille ou non. Ce pourrait presque en devenir un défaut, au fond. En outre, elle est incapable de dire non. Cela aussi peut être vu comme un défaut, dans la mesure où elle peut accepter des choses normales comme des choses qui pourraient se montrer néfastes.
Ensuite, je dirais que Shinami est naïve. Ou longue à la détente, tout dépend du point de vue. Pour autant, elle n'est pas innocente. Simplement, elle ne verra pas des choses telles que l'ironie, le sarcasme ; tout du moins pas immédiatement. Et elle aura du mal à voir le "côté méchant" des paroles. Si, par exemple, une personne l'insulte, elle ne le prendra absolument pas méchamment. Ou alors, elle n'en montrera rien.
Suit ensuite le fait qu'elle est discrète. En général, on ne la remarque que peu, du fait qu'elle se montre très silencieuse et peu gênante. Il arrive d'ailleurs qu'on ne se rende même pas compte qu'elle était dans la même pièce que nous depuis plusieurs heures. Elle aurait presque une présence fantomatique.
Pour finir, car je ne tiens pas à m'attarder encore trop longtemps sur tout cela, je dirais qu'elle est malgré tout quelqu'un de très enjouée. Même si elle ne passera pas son temps à sautiller partout, elle reste quelqu'un qui a la joie de vivre et qui ne se laisse jamais abattre. De plus, elle ne montre pas certaines de ses émotions. Si elle est triste ou en colère, elle ne laissera rien paraître.
Oh et, petit détail, notre amie souffre d'impulsivité de haut niveau et d'une phobie de l'orage fort dangereuse. *Oui, ce n'est qu'un détail voyons !* Aussi, sa phobie a fait naître chez elle une arythmie cardiaque qui, en plus de se montrer lorsqu'elle fait trop d'effort, vient jouer des mauvais tours lorsqu'il y a de l'orage.

• Pourquoi avoir pris mon journal ?

Tout d’abord, je vais me permettre d’éclipser la biographie de notre amie jusqu’à ses dix ans. À cette époque, il n’y avait rien de bien intéressant. Elle vivait paisiblement dans une petite ville du Japon, dans une maison de taille moyenne, avec son père, sa mère et sa sœur de trois ans son aînée. Je suppose que vous vous demandez à présent : « Mais, en quoi ce qui suit est plus intéressant ? ». Ne vous en faites pas, vous allez vite le découvrir.

Il devait être cinq heures, lorsqu’elle se leva. Son réveil ne devait sonner qu’à sept heures, aussi elle le désactiva pour qu’il ne retentisse pas inutilement. Elle brossa sa longue chevelure blanche et quitta sa chambre en chemise de nuit à dentelle. Descendant doucement les marches de l’escalier de chêne, elle tendit l’oreille : pas un bruit. Ils devaient tous encore dormir. Elle haussa les épaules : le calme était une chose qu’elle appréciait énormément, ainsi cela lui convenait parfaitement. Arrivée à la cuisine, elle se servit un verre du jus d’orange qu’elle détestait tant, mais qu’elle devait boire pour sa santé, d’après les dires de sa mère. À côté de ça, quelques tartines de beurre. Elle eut vite fait de tout manger. Elle remonta à pas de loup dans sa chambre, et enfila l’uniforme de son école primaire, qu’elle n’appréciait d’ailleurs guère. Comme je vous l’ai dit plus haut, Shinami n’aime porter que des robes, même en hiver ; cet ensemble chemisier/jupe n’était donc point à son goût. Mais elle faisait avec. S’en suivit ensuite quelques tâches hygiéniques, et lorsqu’elle fut prête, il était seulement six heures. Bon dieu, encore deux heures trente d’attente… Qui plus est, sa sœur et ses parents n’allaient pas se lever avant sept heures… Shinami soupira, et ouvrit un livre pour faire passer le temps.

Un peu après sept heures, Shinami dressa l’oreille : elle entendait du bruit dans la pièce d’à côté, la chambre de sa sœur. Lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir, dans un élan d’affection, Shinami bondit hors de sa chambre et sauta au cou de sa sœur. Comme vous pourrez le remarquer, notre amie apprécie énormément sa sœur, Lilly, alors âgée de treize ans. Les deux sœurs discutèrent un peu sur le coup, puis Lilly descendit déjeuner, pour ensuite se préparer. Durant tout ce temps, Shinami ne la lâcha pas d’une semelle, tandis que ses parents se levaient à leur tour. Elle ne leur adressa qu’un bref bonjour, collée à sa sœur. Lilly prête, il était huit heures dix. Le temps de marcher, pour l’une à l’école primaire, pour l’autre au collège, il serait quasiment l’heure du début des cours. Chance pour Shinami, le primaire et le collège était très proche, elle pouvait donc rester auprès de Lilly. Quand Shinami arriva à l’établissement, ce fut à contrecœur qu’elle y entra. Pas qu’elle n’aimait pas l’école ; elle s’en fichait. Mais elle voulait rester avec sa sœur...

Elle soupira et se rendit à sa salle de classe. Les cours commencèrent ; elle observa sa classe. Tous des inconnus. Malgré le fait qu’elle soit dans la même classe d’une partie des élèves depuis plusieurs années, elle ne leur avait jamais parlé. Pour autant, Shinami n’est pas insociable. Au contraire, elle est très amicale. Mais… Elle leur fait peur. Shinami a toujours eu d’excellentes notes, a toujours tout compris avant les autres. Elle les effraie de par cette facilité déconcertante. Elle n’est pas comme eux, alors elle est étiquetée ‘’étrange’’. Et elle est mise à l’écart ; de l’autre côté d’un mur invisible créés par ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Cependant, ça ne l’a jamais dérangé. Elle comprenait leurs agissements ; ils étaient la réaction ’’logique’’ d’un enfant de dix ans, de son point de vue. Les cours passèrent avec une lenteur étonnante.

Lorsque sonna la cloche de midi, Shinami ne bougea pas de sa chaise. Elle avait son repas, elle mangerai dans la classe, ainsi qu’une poignée d’élèves. Le déjeuner fut calme. Plus ou moins. Alors que Shinami en était à la moitié de son repas, quelque chose vint saccager le beau travail culinaire de sa sœur : un ballon. Un enfant rentra en trombe dans la salle, puis prit le ballon, qui devait probablement être le sien. Lorsqu’il vit le repas renversé, et qu’il comprit qu’il appartenait à Shinami, il se précipita vers elle :
« Je suis désolé ! »
« Ce n’est rien… »

Elle avait répondu du tac-au-tac, un timide sourire aux lèvres. Elle semblait sereine. Elle quitta sa chaise, s’accroupit, ramassa le panier-repas et commença à réunir les restes d’un riz à présent éparpillé sur le sol, et d’autres aliments typique d’un repas comme celui-ci. Le garçon vint immédiatement l’aider.
« Je suis vraiment désolé… »

Elle lui jeta un œil, s’apprêtant à répéter qu’il n’y avait point de mal. Mais elle s’abstint, comprenant le pourquoi de la chose. Il ne faisait pas ça par gentillesse, pas politesse. Non…par peur. Il connaissait Shinami. Il savait que, si elle le souhaitait, elle pouvait aller se plaindre aux professeurs, qui la croiraient sur parole. On ne remet jamais en doute la parole d’une élève parfaite, surtout contre celle d’un gamin turbulent. Elle baissa la tête en soupirant.
« Tu m’en veux pas, hein ? »
« Non… »
« Vraiment pas, hein ? »
« Je ne t’en veux pas… Il n’y a aucuns problèmes, je te l’assure. »
« Tu es sûre ? »

Shinami fronça les sourcils. Ce qu’il pouvait être lourd, à la fin ! Tout se passa très vite. Shinami se releva, fit un pas en avant et poussa violemment le garçon :
« Je te dis que c’est bon. Je n’irai pas voir un professeur, je ne dirai rien ! RIEN ! »

Il pleura. À chaudes larmes. Il était dur de dire s’il avait eu mal, ou si le comportement de Shinami l’avait effrayé. Les quelques élèves qui jusqu’à présent se contentaient d’observer se précipitèrent vers le garçon. Shinami se rassit, une main posée sur son front. Qu’est-ce qui lui avait pris ? Elle n’avait jamais rien fait de tel, jusqu’à présent. Elle s’était toujours montrée calme, pacifique. Ce n’était pas normal. De plus, ces situations devinrent plus fréquentes. Elle ne se reconnaissait plus. Ce ne pouvait pas être elle. Oui, c’était cela ! Notre enfant si pure devait être possédée par une quelconque force démoniaque ! C’était la seule explication possible. Cependant, après un tour chez le psychiatre, il fut établi qu’elle souffrait de problèmes d’impulsivité. Damn it.

Ainsi, Shinami avait de plus en plus peur de quitter sa chambre. Elle savait que ça pouvait s’aggraver. Qu’elle pouvait devenir réellement dangereuse pour autrui. Voire pour elle-même. Elle avait mal au cœur. Tout se stress était mauvais pour elle. Finalement, elle décida de ne plus quitter sa chambre. Pour autant…

Un lundi d’orage, le soir, Lilly lui rendit visite. Elle savait que rester seul était une chose mauvaise pour tout être humain. Shinami était assise devant son bureau, regardant avec mélancolie la pluie s’abattre sur la vitre de façon continue. Elle n’avait pas entendu Lilly, aussi n’avait-elle point réagi. Lilly s’avança à pas de loup vers sa sœur, posa ses mains sur ses épaules et la gratifia d’un gentil ‘Bouh !’. Shinami eut un grand sursaut, et Lilly s’inquiéta immédiatement, honteuse à l’idée d’avoir réellement effrayé sa sœur. Shinami, à son tour s’inquiéta, se rendant compte qu’elle avait inquiété sa sœur. Elles formaient une belle paire, ces deux-là. Inquiétude passée, Lilly s’assit sur le lit de Shinami et débuta en souriant :
« Shina-chan ? Hm… Tu es sûre… de ce que tu fais ? Après tout… Rester toute seule ne t’avancera à rien. »

Ça, Shinami le savait.

« Certes… Mais je préfère rester seule et n’être un danger pour personne, si ce n’est moi-même. »

Dans le reflet de la vitre, elle vit Lilly soupirer. Shinami ne voulait pas ennuyer sa sœur, mais… Elle avait peur. Si elle devenait trop dangereuse, n’allait-elle pas finir à l’asile, vêtue d’une camisole ? Tout mais pas ça.
« Shinami… »

Cette dernière fit pivoter sa chaise, afin de pouvoir regarder sa sœur en face. Dieu qu’elle était belle.
« Tu sais, le fait que tu t’isoles ainsi nous inquiète tous. Et je sais que tu ne veux pas de ça. »

Shinami se leva, et répondit du tac-au-tac.

« Ce n’est… pas totalement vrai. Je… ne veux pas que ça t’inquiète. Papa, Maman… Je sais qu’ils s’en contrefichent. »

Lilly se leva à son tour, s’approcha de sa sœur et posa ses mains sur ses épaules. Elle était bien trop près.
« Ne dis pas ça. Ils s’inquiètent bien plus que tu ne le crois. »

Mensonges. Ses parents n’aimaient pas Shinami ! Elle était totalement inutile. Alors que Lilly était l’enfant parfaite pour eux. Si belle, si calme, si gentille… Shinami commença à trembler. Finalement, elle sauta sur sa sœur, l’enlaçant. Elles tombèrent toutes les deux au sol, et… Shinami ne put s’en empêcher. Elle l’embrassa. Puis se releva rapidement, les yeux écarquillés.
« Qu’est-ce que… Qu’est-ce que… QU’EST-CE QUE J’AI FAIT ? »

D’un point de vue objectif, ce n’était pas grand-chose. Certes, elles étaient sœurs, mais si Shinami aimait Lilly, on n’y pouvait rien. Mais pour cette dernière, avoir agi avec une telle brutalité envers sa sœur était inexcusable.

Elle quitta sa chambre en courant, des larmes coulant sur son visage de porcelaine. Bousculant son père dans les escaliers, elle sortit de la maison, de cette maison où elle avait vécu voici quatorze ans. Elle était en pantoufles, vêtue d’une simple robe blanche. La pluie était froide et tranchante, mais faisait un bien fou à la tête bouillonnante de notre amie. Dans les rues, il n’y avait pas un chat. Shinami ne cessa de courir. Elle sentait les regards surpris des gens qui jetaient un œil au mauvais temps, avant de retourner vaquer à leurs occupations. Elle voulait rester seule.

Une heure plus tard, incapable de faire le moindre mouvement de jambe, Shinami se laissa tomber au sol, dos à un arbre. Elle était sortie de la ville. À première vue, elle se trouvait juste à côté d’un cimetière. Nous étions à mi-automne, et déjà une partie des arbres n’avaient plus de feuilles, dont celui où était adossée Shinami. Ainsi, la pluie ruisselait sur les longs cheveux d’ivoire de l’enfant. Elle n’avait pas froid. Même si la pluie demeurait glaciale. Le tonnerre grondait. Un éclair tomba non-loin du cimetière, et Shinami eut un sursaut. Elle commençait à avoir des vertiges. Elle tenta de se lever, souhaitant s’éloigner de ces singulières attaques célestes. Mais ses fléchirent et elle tomba à genoux. Elle se courba, son front touchant le sol, et sa boucha les oreilles de ses deux mains. Elle ne voyait plus que la terre mouillée, et ça lui allait très bien. Les pointes de ses cheveux trempaient dans cette boue, mais peu lui importait.

Au bout d’un moment qui lui parut interminable, elle se redressa, en priant pour que l’orage ait pris fin, laissant place à une étendue bleue parsemée de nuages. Mais il n’en était rien. L’orage demeurait. Et un nouvel éclair tomba. Beaucoup trop près. Shinami laissa son torse tomber au sol. Son cœur lui faisait mal. Sa vue se brouillait. Elle perdit connaissance.

Honnêtement, lorsque l'on dort, on ne voit pas le temps passer. Surtout si l'on ne rêve pas. Au moment où l'on se réveille, on pense ne s'être endormi que quelques minutes auparavant. C'est assez étrange. Est assez ennuyant ; cela vous fait perdre la notion du temps. C'est aussi pour cela que lorsque Shinami se réveilla, elle s'interrogea sur la longueur de ses cheveux. Mais, aussi et surtout, sur la salle où elle se trouvait. C'était d'un blanc horriblement...blanc. Ça peut paraître stupide, mais c'était le meilleur adjectif pour le qualifier. Ce n'était pas un blanc sale, ce n'était pas un blanc aux allures de beige, ce n'était pas le chaleureux blanc de la neige ; c'était un blanc tout ce qu'il y avait de plus écœurant. Elle avait mal aux yeux. Elle se les frotta vigoureusement. Et, enfin, elle remarqua sa sœur. L'air triste, elle ne semblait pas avoir remarqué le réveil de Shinami. Cette dernière posa sa main sur son épaule. Il y eut des pleurs, des cris, des explications.

Shinami venait de prendre un repos de deux ans. Elle n'arrivait pas à y croire. Comment avait-elle put dormir si longtemps ? L'orage, chose qui peut paraître dangereuse mais anodine, l'avait donc à ce point traumatisée ? C'en était effrayant. Quoi qu'il en soit, suite à tous ces évènements, Shinami ne pouvait plus rester ici, aux yeux des médecins. Elle allait partir. Loin de sa famille, de sa sœur, de sa ville. Dans un endroit nommé "Residential Strange" ; nom qui n'inspirait aucune confiance à la jeune fille. Franchement, c'était, et je pèse mes mots, la pire chose qu'on ait pu lui faire : la priver de sa sœur tant aimée.



Prénom : NyanCat.
Comment as-tu connu le forum et comment le trouve tu ? Ce QEEL non centré me frustre. 8D
Âge : Piou.
Autres : PDT

Par Akino de Templactif


Dernière édition par Uragiri Shinami le Dim 1 Juil - 16:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 9:00

Eh bien, bienvenu parmi nous de nouveau \o/

Contente que tu sois revenue :3

Bien entendue, j'attends la fin de ton histoire avec impatience ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 9:48

Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Humain

avatar

Uragiri Shinami
Humain


Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2012




MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 13:10

Merci bien ~ :3
Et donc, j'ai fini ma fiche ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 15:07

Juste un point. Comment a t-elle entendue parler du pensionnat? Elle a faite des recherches?

Sinon le reste est niquel Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Uragiri Shinami
Humain


Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2012




MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 16:57

Ah, ça, ce n'est pas elle qui c'en est occupée, ce sont les médecins qui l'ont envoyée là-bas :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   Dim 1 Juil - 17:52

Ok, validé Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Uragiri Shinami | Fille impulsive. [Dossier Complet.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juillet 1861: l'Affaire COUVET.
» STAR WARS - LA SAGA EN BD #30 - #40
» Lucent Heart
» LA PLUS BELLE FILLE DU MONDE de Agnès Desarthe
» Uragiri wa boku no namae wo shitte iru (The Betrayal knows my name)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.S.2 :: Inutile~ :: Corbeille :: Fiches Validées :: Humain-