Bienvenue à toi Invité. ♫


Partagez | .
 

 [Loarwen] La nuit va être longue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycanthrope

avatar

Hawel F. Ever
Lycanthrope


Messages : 13
Date d'inscription : 18/03/2012




MessageSujet: [Loarwen] La nuit va être longue   Ven 23 Mar - 21:13

La chambre exigu de la résidential strange oppressait l'esprit en quête de liberté du Lycanthrope prit de tremblements et d'angoisses lorsque la fenêtre était fermée. Rapidement vaincu par son esprit, Hawel se leva d'un seul coup en déchirant au passage ses couvertures et autres oreillers qui tombèrent dans un bruit sourd et une pluie de plumes blanches envahit rapidement la chambre déjà petite. Hawel s'assit sur sa couverture en lambeaux à côté du mur, lui-même en face de son lit, et ferma un instant ses paupières, laissant l'obscurité le gagner, pour rassembler ses pensées et calmer les battements anarchiques de son coeur. Il fouilla dans les méandres de sa boîte cranienne, là ou nageait ses souvenirs et/ou ses vies antérieures, afin de trouver une image ou une rémanence de son passé à laquelle il pourrait s'accrocher pour se calmer mais, malgré d'intenses efforts, rien ne lui vînt et il soupira, découragé, une énième fois, après avoir revécut un des souvenirs de son ancêtre de Viennes, ce souvenir où... il se mariait.

Un étrange sentiment, acide, amer et franchement désagréable, naquit dans ses pensées et il asséna un violent coup de poing dans le mur derrière-lui. Un large pan du mur s'écroula dans un bruit fracassant... étrange. Hawel écarquilla les yeux à son action, surpris par son impulsivité, et en soupirant, il ferma les yeux, caressa ses cheveux et murmura d'une voix brisée des excuses. Il attendit quelques minutes avant de finalement se retourner pour décrire à nouveau sa chambre, chambre dans laquelle il dormait désormais depuis... quatre jours -quatre longs jours qui lui avait semblé comme une éternité-

Une pièce carrée, quatre murs pour une seule et unique fenêtre, un lit en bois de châtaignier -à en juger par l'odeur- ainsi que pour atmosphère une odeur étrange à cheval entre le vieux et le moderne avec un zeste de cette odeur d'agrumes assez... racolant. Un soupire brisa à nouveau le silence de cet étage, à cette heure et même la secousse de la chute d'un pans du mur ne semblait pas avoir gêner le moindre du monde le sommeil des élèves et autres étudiants à cet étage.

Hawel se décida alors à sortir dehors sous la pleine lune de cette première journée de printemps. Le loup argenté enfila sa tenue habituelle sans rien ressentir de quoi que ce soit améliorant son état. Sa cape résonna soudainement lorsqu'elle tomba, dans un bruit épais mais sourd, qui tira Hawel de sa torpeur nocturne. Il secoua la tête, laissant l'air caresser ses cheveux blonds et ferma les yeux pour calmer une étrange migraine et il se décida à partir par la fenêtre, seule éclairée par la lumière blafarde de la pleine lune, et accrochant sa rapière à sa ceinture, il sauta par-delà la fenêtre.

Deux petits étages peuvent sembler très haut pour un humain mais cela n'est en fait absolument rien pour un lycanthrope. Ses jambes expérimentée accueillirent le choc avec le sol avec réflexe plus que volonté et elles prirent ce choc comme un réveil brutal. Hawel se releva sans un bruit et observa l'endroit où il se trouvait du coin de l'oeil et des réponses sensorielles qui arrivaient par ses sens lupins.

La petite clairière s'agrandit avec la lumière irréelle de la lune. Les étoiles se reflétaient dans les gouttes d'eau sur l'herbe coupée courte de la veille par les jardiniers. Leurs lumière accueillante attirèrent les yeux du loup, sous forme humaine. Le ciel semblait en feu et la lueur de la lune rendait cette vision comme extraterrestre puis soudain, un crissement de pas dans les ombres se fit entendre et en une fraction de seconde, Hawel se retourna dans la direction d'où provenait ce bruit et il dégaina sa rapière en position de duel. Il adopta une position de défi avant de, en désignant les buissons de la pointe de sa lame, dire d'une voix ferme en direction des buissons.

- Qui est-là ? Sortez de ce buisson ou je vous en chasse.

Il acheva en raffermissant sa prise sur sa poignée. Il était énervé et un adversaire potentiel mis le corps du loup d'argent en ébullition. Mais qui était dans ces buissons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Azalée E. Black
Admin's


Messages : 112
Date d'inscription : 25/05/2011
Age : 24
Localisation : ._.




MessageSujet: Re: [Loarwen] La nuit va être longue   Dim 6 Mai - 19:22

Encore une nuit à courir dehors, une fois n'était pas coutume. Devait-elle donc passer sa vie à ignorer son bien-être ?
Depuis bien longtemps, Loarwenn Black, jeune Reine elfique du royaume de Shomei, n'avait pas fait de nuit complète. Ce luxe lui était désormais inaccessible... Si elle sombrait trop profondément dans les doux bras de ce traître de sommeil, des cauchemars aux dents acérées venait lui grignoter peu à peu sa force de conviction. Elle allait donc arpenter le pensionnat presque toutes les nuits, découvrant et re-découvrant celui ci.
Le jardin était, avec la forêt, son lieu de prélidiction. Elle y allait assez souvent et grimpait dans ce qu'elle appelait "SON" arbre, un énorme chêne plusieurs fois centenaire, aussi large que haut. Elle pouvait y passer des heures et c'est ici, au creux de ses branches rassurantes qu'elle passait les meilleurs nuits.
Elle entra dans les jardins sur le dos d'Emerald, son félin géant, dans un silence d'après-guerre. La lune innondait de sa douce lueur l'endroit magnifique. Elle ferma doucement les yeux profitant du silence, troublé seulement par les bruits habituels de la nuit. Une partie de son enfance refit lentement surface dans son esprit. Elle devait avoir 8 ou 9 ans...
Une nuit similaire à celle-ci.

"-Loarwenn, ne t'éloigne pas trop ! Nous repartons bientôt mon petit chat ! Et puis, fais attention, la nuit, des hommes rôdent !

-Mais oui Maman, je sais ! Je vais juste voir les arbres !

La petite elfe blondinette s'élança en courant sous le couvert des arbres, heureuse de retrouver un peu de verdure. Madoc le Roux, son père adoptif, avait décidé de faire une halte dans un petit port assez pittoresque, histoire de se ravitailler pour quelques jours. Loarwenn avait souhaité visiter le petit bois qui s'étendait non loin du port, elle avait besoin de se ressourcer. Ayant passé plusieurs mois en mer, la jeune elfe profitait de chaque escale à fond, jouant et grimpant aux arbres comme tout jeune elfe.
Arrivée dans les sous-bois, Loarwenn grimpa à chaque arbre qu'elle vit, passant de branche en branche tel un gracieux petit singe. Elle sauta ensuite à terre et courru sur le sentier, la lune éclairant son visage souriant de temps à autres à travers les branchages. Elle passa en courant à côté d'une clairière baignée par un rayon de lune, ralentit et fit demi-tour. Du haut de son jeune âge, elle resta scotchée par la beauté de l'endroit...
Un petit ruisseau courrait tout de la clairière, sa douce musique rendant l'endroit presque magique. La lune baignait de sa douce lueur l'herbe tendre parsemée de fleurs sauvages. Et en face d'elle, au bout de cette petite clairière, se dressait un énorme chêne, sûrement plusieurs fois centenaire. Elle traversa silencieusement la clairière et grimpa sur le vieil arbre. Elle se nicha au creux de ses branches rassurantes et s'y trouva si bien qu'elle s'endormit.
Elle dormit si bien... Si bien...

Maintenant, ce n'était plus le cas.

Loawenn se redressa brusquement. Elle s'était endormie sur ses souvenirs, et ce ne fût, pour une fois, pas désagréable. Elle s'étira et frotta ses yeux en essayant d'étouffer un baillement. Une fois bien réveillée, elle sauta négligement à terre, se moquant d'être peu discrète...

- Qui est-là ? Sortez de ce buisson ou je vous en chasse.

Loarwenn s'immobilisa, orientant ses oreilles vers la voix qui l'avait interpellée. Merde. Il y avait quelqu'un. Quelle idiote ! pensa t-elle, les dents serrées. N'aurait-elle pas pu être un peu moins balourde et éviter de faire tant de bruit ? Maintenant, elle avait été repéré par elle ne savait qui, et cette personne n'avait pas l'air très amicale.
Voulant éviter les ennuis, elle écarta d'une main ferme les branches des buissons et s'avança d'un pas assuré, mais tout de même un peu méfiant, vers l'inconnu qui l'avait interpellé ainsi.
Elle se retrouva en face d'un jeune garçon, qui avait dégainé, ce qui sembla être à Loarwenn une rapière. Il fallait qu'elle remettre le nez dans ses cours d'armes et de combats...
Le jeune homme avait une belle allure et de beaux traits, agréable à dévisager en somme. Mais quelque chose fît tiquer Loarwenn. Son odeur de peau. Ce n'était pas celle d'un homme. Fronçant légèrement les sourcils, elle joua avec une mèche de ses cheveux.

- Eh bien, en voilà une façon de se comporter ! Me chasser ? Alors que je ne vous ait commis aucune offense ? Commençons d'abord par nous présenter. Je m'appelle Loarwenn. Loarwenn Black, dit la jeune elfe, sa bouche s'étirant en un sourire sur ses derniers mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Loarwen] La nuit va être longue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FZ38 PHOTO DE NUIT
» LE FEU DE L'HUMANITE (Tome 1) L'OMBRE DE LA LONGUE NUIT de Michael Cobley
» Don't Torture a Duckling (La Longue Nuit de l'Exorcisme)
» Ces oubliés de l'Histoire : Công Binh, la longue nuit indochinoise
» [Burke, James Lee] La nuit la plus longue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.S.2 :: Inutile~ :: Corbeille :: L'allée :: Le jardin-