Bienvenue à toi Invité. ♫


Partagez | .
 

 ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Ven 23 Déc - 21:23

Noël... Ce jour ne m'avais jamais marquer plus que cela. Pour moi c'était un jour comme les autres. Mais Kaorii me força a y aller. Comme toujours, fallait qu'elle garde un oeil sur moi. Ce qui, parfois, me donnais envie de fuir. Mais j'étais plus forte que cela, je n'allais pas fuir. Elle était simplement trop protéctrice a mon égard. A croire que je n'étais pas assez âgée pour prendre soin de moi. Ou bien alors, elle faisait cela a cause de mon passé. Elle souhaitait sans doute remplacer ma mère qui ne m'avais jamais aimer et élever. Malgré mon ancien rang de jeune fille de bonne famille. D'ailleurs, en me rappelant cela, je devrais être morte. Du moins, je aux yeux du monde hautain. Mes parents m'avais laisser pour morte aux yeux de tous à la naissance de mon frère. Pour cela que j'étais devenue délinquante et que j'avais errer les rues comme une mal propre. Mais c'est grâce a eux si j'étais devenue plus forte. Et que j'avais rencontrer cette endroit et mon avenir prochain.

Je m'étais levée assez tôt, après m'être coucher tard. Je n'avais guerre envie de voir ma tête. Avec toutes ces cernes ... Allait falloir que je fasse quelques choses pour me retirer cette mine horrible. Il me semble que j'ai commencer a devenir insomniaque et a avoir cette tête quand Zack n'est jamais revenue ici. Je me rappel de son visage souriant quand il me voyait, ces yeux pétillant et de ces bras qui m'appelais tout le temps. Je me passa une main dans les cheveux soupirant. Tout les matins était ainsi depuis un certains temps maintenant. J'avais besoin de tourner la page. Mais on dirait bien que mon subconscient me jouait encore des tours! Voilà pourquoi je le chassait. Pour être en paix, une bonne fois pour toute.

Je me leva avec feignantise de mon lit et me dirigea vers la salle de bain. Toute décoiffer, visage a moitié endormie et les pieds traînant. Je passa une bonne heure sous une douche froide. Pas ce qui était des plus bons pour la santé mais je m'en contre fichais de toute manière. Je n'avais rien a perdre, juste à gagner. Et gagner un bon rhume m sauverais de cette soirée... Qu'allais-je faire seule? Sûrement boire. Boire jusqu'à oublier mes peines! Comme n'importe quel alcoolique. Je mise un bas de survêtement ainsi qu'un vieux tee shirt. J'avais du temps devant moi avant de me préparer. J'allais donc passer mon temps de libre au foyer. Finir d'écrire mon livre devant le bon vieux feu de cheminée qui s'y trouvait.


Une fois l'heure arriver. Je rentra dans ma chambre, déposa mes affaires d'écriture et me grignota une barre de céréales, poser sur mon lit. Je n'avais pas manger de la journée et je n'avais pas réellement faim. C'était juste pour rendre a mon teint un peu de pêche. Sinon, Kaorii allait encore se mettre a hurler et paniquer pour un rien. Je me leva ensuite pour aller chercher ma robe soigneusement emballer dans du papier de soie. Je n'avais pas perdue ces manies de sale bourgeoise. Bien qu'aujourd'hui, je dois travailler en tant que serveuse pour pouvoir m'offrir de telles robes. Je retira mes vieux vêtements souhaitant qu'aucun de ms collocataires n'entre. Et m'habilla de la fabuleuse robe. Je sortie un carton d'en dessous de mon lit et sorti de magnifique chaussures en verre, comme cendrillon. Je les enfilèrent et ajouta un ruban rose sur ma cheville droite. Je sorti de mon placard un autre paquet ou était ranger ma ceinture. J'avais du mal a la lacer mais y arriva avec un peu de patience. Il me manquais plus que me maquiller pour cacher cette tête de zombie ainsi que de me coiffer.

Ce que je fis. Maintenant je ressemblais exactement a une poupée. Comme a mon ancienne habitude. Je regarda ma montre, il était temps d'y aller. Avec un soupire agacer je me mise en route vers la salle des fêtes du pensionnat. Bien entendue, j'avais une veste légère sur les épaules. Il faisait trop froid dehors pour sortir ainsi. Si peu vêtue. Tout le monde était animé voir exciter. Je me mise a accélerer le pas, soudain prise d'une colère noir. J'en avais marre de ne voir que des couples heureux autour de moi alors que moi, je luttais pour oublier cet homme. Je luttais pour devenir heureuse. La vie était parfois trop injuste. Bien a des égards. une fois arriver à l'intérieur, je me sentais déjà mieux. Je n'étais pas la seule a ne pas être accompagner. Et cela me soulageais. Oui c'est égoïste de penser ainsi et non, je n'en ai pas honte. Pas la moins du monde! Le malheur des autres me prouvais que la vie ne faisait de cadeau a personnes. Même pas la personne la plus gentille du monde. En voyant le buffet et une chaise libre, j'alla m'asseoir là-bas. Saluant au passage les seuls connaissances que j'avais. Je m'assise en donnant ma veste a un "domestique", si nous pouvons les appeler ainsi. Un serveur me tendit une coupe de champagne avec un sourire jusqu'aux oreilles. Je l'accepta en lui rendent un sourire amère.

Je me mise alors a regarder autour de moi. La coupe à la main. Je bus une gorgée qui me fis du bien. Oui, plonger dans l'alcool était une faiblesse. Mais cela faisait tellement de bien. Je regardais un peu tout le monde, jusqu'à ce que mon regard s'attarde sur une tête que m'étais familier. Jamais je ne pourrais oublier cette oeil vive, d'une couleur que je n'avais jamais vue auparavant. C'était tout simplement le petit nouveau. Abigaël!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Sam 24 Déc - 3:06




Alone.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »






Il n'avait pas dormi de la nuit dernière et pourtant, rien ne reflétait sa fatigue sur son visage. Pas une cerne, pas un visage d'endormi. Pas la tête qui s'abaisse et se relève soudainement. Pas une lutte contre le sommeil. Rien.

Le matin, il était entré dans un bus au hasard et s'était stoppé à un arrêt au hasard dans un lieu au hasard. Et le hasard avait bien fait les choses: il était tombé sur un pensionnat. Il avait rencontré le matin même quelques élèves qui lui avaient fait part du bal de Noël et il était parti en ville chercher des vêtements corrects pour l'occasion.

En rentrant - bien évidemment, il avait choisi le meilleur moment pour aller faire ses courses: midi. Il ne mangea donc pas, mais cela est presque inutile de le préciser - il s'enferma dans sa chambre d'où il ne sortit que bien après, à l'entour de dix-neuf heures, tout propre. Qu'avait-il fait exactement ? Peu importe, il en était sorti sain et sauf, et c'était tout ce qui comptait.

Il entra alors dans la salle de bal, sa veste en soie sur les épaules, ses bras ballants. Les deux premiers boutons de sa chemise blanche comme neige étaient ouverts, mais la cravate qu'il portait cachait le peu qu'on pouvait voir de son buste. Un gilet sans manche cintrait l'habit, et un pantalon coupé droit -qui lui tombait sur les chevilles- en tissu noir, serré entre les hanches et la taille grâce à une ceinture de cuir de la même couleur que son gilet -c'est-à-dire noir-, lui servait de bas.

De suite, sans même regarder les présents à la fête, il s'installa dans un coin, sur un banc. Avant de sortir son petit livre de poche, il jeta un oeil aux alentours: la salle de fêtes était assez grande: environ cinquante mètres carrés, plus large que longue, plus murée que vitrée.
Une grande table, qui servait de buffet, remplissait presque toute la pièce. Des plats y étaient presque empilés, allant de la simple salade à la pièce montée la plus compliquée qu'Abigaël ait pu voir de sa vie. Des chaises et bancs étaient disposées un peu partout, et tous, ou presque, étaient occupés. D'ailleurs...

Il croisa le regard d'une jeune femme au visage familier. Elle avait une longue robe merveilleuse, tombant comme une cascade derrière elle, dévoilant ses jambes nues. Un seul petit ruban était attaché à sa cheville droite: il priait pour être défait, il voulait qu'on l'enlève et qu'on le glisse sur la peau fiévreuse de la jeune femme, que...

Abigaël secoua la tête.
"Non." murmura t-il, baissant sa tête dont les joues s'étaient teintées d'un petit rose léger, presque invisible. Il tourna alors la page de son petit livre, essayant de se concentrer dessus.







Dernière édition par Abigaël Maclair le Mar 27 Déc - 3:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Sam 24 Déc - 15:45

Il secoue frénétiquement la tête d'un coté à l'autre. Je l'observa avec intention. Un sourire se dessina sur mes lèvres, j'avais envie de rire à haute voix. Mais rire seule au milieu de toutes ces personnes que je connais n'était pas une bonne idée. J'avais la réputation d'être une poupée de glace. Et je ne voulais pas casser ce mythe. Et surtout renforcer le dictons qui dit "Tout est possible à noël" !! Je m'y refusais. Je continua donc a rire intérieurement, comme a mon habitude. Je fini ma coupe de champagne et la déposa sur le buffet. Regardant le reste du monde. Tout le monde était accompagner. Et a ma plus grande surprise, Kaorii était là mais pas accompagner de Mickaël. Elle était avec Shizuo. J'éttoufais un cri de stupeur. Peut-être que Mickaël ne voulait ou pouvait pas venir et qu'elle est juste venue en toute amitié avec son collègue. Ou alors ces deux là étaient.... NON! Ce n'était pas possible. Micka et Kao allaient trop bien ensembles pour que sa se finisse ainsi. Et Kaorii n'était pas du genre a changer de gars comme de chemises. Même si elle en a eu pas mal dans son tableaux de chasses. Pence, Vaan et Mickaël. Sa va faire trois ans que je suis dans ce pensionnat, trois qu'elle y es aussi. Voir un peu plus de trois ans, le temps passait si vite... Et pendant ces années, je ne l'avait vu que souffrir. Sauf depuis un an. Quand Mickaël et elle ont commencer a fricoter ensembles. Alors c'était impossible qu'elle le quitte ou bien même, que lui la quitte.

C'était l'idyle parfait. Je rêvais de pouvoir partager le même amour. Mais chaque amour était différent. Je le savais, depuis si longtemps. Je l'avais su quand ma nourrice me lisais les comptes de fées. je me rappel en avoir apprécier un plus que les autres. Ce n'était pas cendrillon, non, non! C'était celui de Mulan! Elle qui voulait sauver son père et son honneur, elle qui avait tant sacrifier. Elle avait réussit a se trouver le prince charmant en lui montrant sa vraie nature. Après avoir apprit a le connaitre. J'avais toujours envie de lui ressembler. C'est peut-être pour cela que j'étais devenue ainsi. Combattante. Mais c'était un plus dans un sens. Je me leva, j'en avais assez d'être assise sur une chaise. Je laissa mes cheveux et ma robe traîner au sol. Je poussa un soupire et m'arrêta devant l'alcool. J'avais besoin d'un remontant.

Je me servis donc un vodka redbull. En y mettant une poignée de glaçons. Je colla le verre a mon cou. J'avais chaud, il y avait trop de monde ici. Après m'être un peu rafraîchis je bu le verre cul sec. Erreur de ma part! Il m'étais fatale. L'alcool monta directement a mon cerveau. J'avais envie de faire du poney. Je remarqua un homme seul au milieu de la piste. Je me dirigea vers lui, l ressemblait vraiment a un poney! Avec sa chevelure, ces yeux noir et sa manière de danser était... Complètement nul! Je m'avanca vers lui d'un pas presser. Je le mis a quatre pattes et me mise sur son dos en lui attrapant sa tignasse des deux mains. Je me mise a dire "Uhhhhh dada!!", je répéta cette phrase le plus de fois possible sans prendre la peine de respirer. Quand l'air me manqua, la tête me tourna et je me laissa tomber au sol, morte de rire. Je ne m'avais jamais laisser aller ainsi. Et je dois avouer que cela faisait fort du bien. J'avais besoin de rire, me défouler et c'est ce que je fis. Mon regard s'arrêta de nouveau sur Abigaël. Je me leva avec du mal et me dirigea vers lui.

Je le relookait. Il était habiller avec classe. D'une chemise aussi blanche que la pureté, d'un gilet aussi noir que le néant, d'une cravate allié avec le gilet. Avec un pantalon en tissu. Je ne sais pas pourquoi mais j'étais prise de folie ce soir. J'avais envie de gouter a ces lèvres. Je me dirigea donc vers ma nouvelle cible. Autour de moi on parlait, mais je ni prêta aucune attention. Je me voulais gracieuse et c'est ce que je fis. Je m'arrêta a quelques centimètres de lui, un immense sourire aux lèvres. Cela ne me ressemblais pas mais j'en avais marre de faire plaisir aux autres en restant à l'écart. Je voulais vivre une vie normal, sans être exclus des lots. Je voulais me créer mon propre lot et sortir de mon image de poupée de glace! Il était plonger dans son livre. On ne li pas un soir de bal généralement. Il était vraiment spécial comme garçon! Je lui souleva le menton et l'embrassa sans même regarder son regard. je n'avais pas l'intention de m'arrêter. Je voulais le faire et je l'ai fait!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mar 27 Déc - 3:24




Ace of hearts.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »






Tic. Tac. Tic. Tac.

Les pages tournaient rapidement, l'heure passait doucement.
"Faîtes que ça se termine" dit-il, dents serrées, mains crispées. De temps en temps, il relevait la tête pour observer les alentours, les visages des danseurs, tous accompagnés. Il croyait parfois y reconnaître un visage familier, mais rapidement, l'illusion se dissipait pour laisser place à un parfait inconnu. Lorsqu'il baissait le regard, il pouvait apercevoir son livre minuscule, de poche, qui le nargait. Lui au moins n'avait ni désir, ni besoin. Les sentiments étaient inutiles. Les émotions étaient futiles. Tout ce qu'il faisait, c'était les retranscrire, d'un point de vue parfois subjectif, parfois objectif. Rien de plus, rien de moins. Dans un accès de colère, Abigaël finit par refermer le livre et le poser violemment sur le côté.

Un soupir s'échappa de sa bouche une fois calmé. Ses mains glissèrent le long de ses jambes, jusqu'à tomber dans le vide formé entre le plafond et le sol. Il arrêta leur chute lorsque ses coudes avaient atteints ses genoux, et s'accouda, pour regarder les danseurs. C'est alors qu'il vit celle dont il évitait le regard il y a quelques minutes encore: son comportement avait changé du tout au tout: elle avait aggripé la chevelure d'un homme au hasard dans la foule -qui d'ailleurs ne semblait pas consentant- et s'était dressée sur son dos à présent courbé. Il leva un sourcil, se demandant intérieurement si c'était la même femme qu'il avait vu plus tôt. Tandis qu'elle s'écrasait au sol, morte de rire, le borgne se hâta à reprendre son livre dont il parcourut les pages rapidement.

Mais une grande ombre menaçante se dessina sur les feuilles de l'ouvrage: c'était celle de Shana, la gentille fille sage de l'autre fois. Mais à l'intérieur, elle avait disparu. Elle n'était plus la même. Elle avait changé: les effets de l'alcool étaient réellement néfastes... Du moins, sur elle. Abigaël se concentra alors sur les mots inscrits à l'encre noire tandis qu'elle se rapprochait encore. Il souleva une page de son majeur droit, et fît retomber la page de l'autre côté, mais...

En quelques secondes, les doigts de la poupée avaient glissé sur la joue, puis le cou du borgne, avant d'en soulever son menton pour l'embrasser. Il lâcha alors son livre qui mit une éternité à retomber sur le carrelage crème de la salle, dans un bruit sourd, qui semblait bien plus fort que les autres. Les yeux grands ouverts, le regard rivé sur la jeune femme, il était impuissant. Il ne savait que faire, que dire. Mais...

Les sensations, les émotions qui s'en dégageait... Un baiser. Ses lèvres douces, pulpeuses, dont il avait eu envie plus tôt dans la soirée étaient à présent collées aux siennes, fines, sèches, et cela, depuis bien trop longtemps maintenant. Il avait envie de répondre, d'introduire sa langue à l'intérieur de sa bouche, de la serrer contre elle, de glisser ses bretelles sur ses épaules, de la coucher sur le sol, il avait envie, il avait envie, il avait envie. Et alors qu'il pressa un peu plus sa bouche contre la sienne, un éclair de lucidité le traversa. Ce baiser, ces sentiments... C'était une chose qu'il n'avait jamais ressenti avant: son premier baiser. Un baiser volé. Il rouvrit les yeux -qu'il avait fermé d'ailleurs- et se recula aussitôt, avant de repousser rapidement Shana. Il se leva précipitamment, et dit, bien haut, bien fort:


- Mais... Tu... Tu es folle ! Folle ! Qu'est ce qui t'a pris ?!

Il baissa la tête et essuya du revers de sa main ses lèvres qui, pourtant, en voulait encore. Il était devenu écarlate, mais quelle en était la réelle cause ? La colère qui embrasait ses yeux ou la passion qui le dévorait de l'intérieur ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Dim 1 Jan - 21:15

Que faisais-je? Je laissais libre recours a mes désirs. C'est vrai que j'allais en payer les pots cassés plus tard, mais au moins je me serais amuser. Je ne serais pas aimer, mais je ne le suis déjà pas, que pouvait-il m'arriver de pire? Rien de plus. Je me laissa donc aller le temps d'une soirée. certes l'alcool me faisais un effet et me donnais le courage nécessaire pour le faire mais même sans cela, je savais ce que je faisais et pensais. L'alcool dominait seulement une partie de mon cerveau. Je n'étais pas sèche, sinon je serais au sol a l'heure actuelle. Et encore heureux que je ne l'étais pas! Raté ce moment de détente m'aurais déprimée au plus haut point. Mais bon, pour le moment Abigaël ne réagissait pas. C'était bon signe ou le calme avant la tempête?

Je ne sais pas si c'est la surprise ou non, mais sa voix était haute. Son corps c'était lever tellement vite que je n'avais pas eu le temps de réagir. On va dire que sa réaction m'a refroidis. L'alcool c'était envoler en un clin d'oeil. Aussi vite qu'elle était arriver, elle est partie. A vrai dire, je me doutais qu'il allait réagir ainsi, cela ne me blessais donc pas. Par contre, le geste qui suivait, lui, était blessant. Mon sang se glaça dans mes veines et mon regard devint de nouveau froid et distant. Tout le monde nous regardaient, mais je ni prêta pas attention. Comme a mon habitude. je continua de fixer le jeune homme. je ne montrerais pas ma blessure. Jamais! Plutôt mourir. C'était comme ci la fête c'était arrêter après ma tentative raté. Je me retins de soupirer et de taper du poing sur une table. Je me tourna simplement vers les spectateurs clandestins qui me dévisagea comme une bête de foire. Mon regard froid était poser sur eux. Ma voix n'était pas tremblante, mais je bouillonnais de l'intérieur. J'avais une envie présente de boire un bon verre d'alcool. Le plus fort possible! Je me prépara a hausser le plus fort possible la voix, pour qu'elle soit audible malgré la musique qui tournait en fond sonore.

-Qui a t il? Vous avez jamais vu une fille embrasser un garçon et se faire recaler?!

Je serra les dents pour ne pas mettre mon poing à la figure du premier venu. J'avais besoin de violence dans ce genre de situation. Pour la simple raison que mon ego avait été toucher au plus profond. Des messes basses se fit entendre dans la foule, puis au bout de quelques instant de bruitage. Ils finirent par retourner a leurs occupations. Je ne bougea pas, je tourna seulement légèrement la tête sur le coté et le fixa en coin. Il n'avait pas l'air bien. Il avait l'air bien énervé. Je n'ai su expliquer pourquoi j'avais besoin de me défouler physiquement quand on me faisais du mal. mon regard était tel un iceberg. J'avais envie de le congeler, j'avais envie de le voir crier de douleur face à la glace, j'avais envie de... Je stoppa tout dans mon esprit. La chose que je voulais réellement n'étais pas sa! Ce que je voulais vraiment c'est de recommencer. J'avais envie de le voir baver devant mon visage comme un crapaud, je voulais le voir suer de partout, voir ces yeux briller et sentir son coeur battre la chamade.

Un serveur passa devant moi, je lui prit deux coupes de champagne et alla m'asseoir pas très loin. Assez d'Abigaël du moins, pour ne pas tenter le diable. Je bu cul sec la première coupe et m'apprêta a boire la seconde. Mais mon sang froid s'était évaporer. La chaleur traversa mon corps comme une braise qui veut tout brûler sur son passage. Je leva un peu trop vite les yeux vers la foule, ce qui me donna le tournis. Je cligna plusieurs fois des yeux et aperçut enfin sur qui mon regard était poser. C'était... impossible! Sa ne pouvait pas être lui. Il nous avaient tous quitter. Sans avertir personnes! J'étais sur le point de me lever. Mais celui ci s'avança vers moi, je me rassise et fit mine de l'ignorer. Je ne voulais pas le voir, je ne voulais même plus me rappeler de son visage ou bien même de son regard poser sur moi. Il m'avais abandonner sans aucun scrupule! Si il était là ce soir, 'était pour me tourmenter. Ou alors, c'était une simple illusion. L'alcool qui me créait cette silhouette. Avec son corps. Sa ne pouvait être que sa après tout. Pourquoi reviendrait-il ici pour moi?! C'était du pur délire. J'avais envie de pleurer d'un seul coup. Je me leva, prennent avec moi ma coupe et me dirigea vers le balcon. Un peu de frais ne me ferais que du bien.

Je déposa la coupe sur le rebord, fixant le vide. j'avais une imagination débordante. Je sais pourquoi maintenant j'aime tant le regard d'Abigaël poser sur moi. C'était le même que lui, le même que Zack. Sa avait toujours été ainsi entre nous, froid et distant et pourtant si proche... C'est ce que j'avais penser au départ. Mais en faite, j'étais la seule a éprouver cela. Son départ m'en donnais la preuve formelle. Je poussa un long soupire. Si je devais pleurer, sa ne serait certainement pas ici. Pas avec autant de hyènes autour de moi. Prêt a prendre une photo a un seul faux pas de ma part. Je me perdais de plus en plus, le regard au loin. Je me demandais si fallait que j'aille m'excuser ou non auprès du garçon. Je soupira, bu la coupe pour me donner du courage. Puis me mise en route vers lui. cette fois-ci, je ne me mise pas en face de lui, je m'assise sur le coté et observa les couples danser. Sans le regarder je commença a prendre la parole.

-... Désolée pour sa. Et il m'a pris que j'en avais envie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mar 3 Jan - 18:33




Regrets.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »






Colère. Honte. Chagrin. Dépit. Rancoeur. Amertume. Déception. Dégoût. Mélancolie. Douleur. Tristesse. Indignation. Mécontentement. Frustration. Confusion.

Abigaël ressentait tout ça à la fois. Autant dire que ce n'était pas facile pour lui. Il était perdu entre ses pensées et les actes, main dissimulée dans ses cheveux bruns foncés, comme pour annoncer un mal de tête dû aux récents évènements. Il était en colère, en colère contre lui-même et contre Shana, pour ne pas avoir fait durer le baiser, pour ne pas l'avoir retenu, pour lui avoir volé son premier baiser.
"Pourquoi ? Pourquoi a-t-elle fait ça ? Pourquoi n'a-t-elle rien fait de plus ?" pensait-il. Il était frustré de n'avoir pas agit quand il le pouvait, quand il le souhaitait. Il avait envie d'elle, mais rien, rien ne le déplaça de son "fucking bench", comme il le murmurait.

- Qu'y a-t-il? Vous avez jamais vu une fille embrasser un garçon et se faire recaler?!

Il releva la tête. Elle était encore là, à regarder les autres anonymes, envieux des racontars du jour. De véritables prédateurs, attendant que leur proie cède pour la déchiqueter. Le borgne leur lança un regard desespéré, sans qu'ils le remarquèrent réellement.

Il se laissa tomber en arrière, s'assit, dépité. Les bras ballants dans le vide, il observait la petite poupée, qui, soudainement, disparut derrière un serveur. Elle s'était prise deux coupes remplies d'un liquide à peine doré, à bulles. Certainement du champagne. Elle s'installa alors plus loin, à regarder d'un air mélancolique un vide qui n'existe pas.

Que pouvait-elle bien penser ? C'était une bonne question. Puis soudainement, elle sembla surprise et se leva... pour se rasseoir. On pouvait avoir l'impression qu'elle ignorait quelqu'un qui était inexistant -aux yeux d'Abigaël j'entends. C'était à la fois personne et quelqu'un.
"Peut-être une illusion dûe à un traumatisme ? Peut-être à cause de l'alcool ? Un individu qui lui est cher, c'est sûr. Pour en arriver au point de se l'imaginer..." pensa-t-il, l'air ailleurs. Puis il se remémora... Qui au juste ? Une personne inconnue à toutes celles qui étaient présentes ici et qui pourtant devait bien être la prunelle des yeux d'Abigaël, bien qu'il était borgne... Il avait cru lui aussi l'entrevoir en début de soirée, en train de danser. Juste une simple déformation de la vue. Mais il avait tant esperé...

Puis comme pour briser le silence formé par leur deux bouches - même si à cette distance, ils ne pouvaient discuter - la poupée aux cheveux pastels se leva et alla rejoindre le balcon.

Elle était merveilleuse sous la lueur de Dame Lune ; sa robe offrait des reflets argentés du plus bel effet. Ses jambes, éternellement nues, semblaient totalement lisses sous cette lumière. Sa robe sombre constrastait avec sa peau plus blanche, ce qui mettait en avant son corps parfait. Il aurait pu la rejoindre, mais il ne bougea pas, certainement trop timide. Il s'énervait lui-même à laisser passer les occasions comme ça, à ne pas réagir, à ne rien dire. Pourquoi en était-ce ainsi ? C'était réellement écrit dans l'histoire ?


- Non.

Il se leva. Il voulait décider de ce qu'il ferait et de ce qui arriverait. Il allait se diriger vers le balcon lorsque, soudainement, elle se retourna pour rejoindre la salle.

Très rapidement, il se rassit, un peu rouge. Il ne voulait pas qu'elle le voit ainsi ; ce n'était pas vraiment dans ses habitudes de réagir face à ce genre de situations ; il préférait préserver les apparences, se cacher derrière un masque. Il reprit alors son livre sur le sol et l'ouvrit sur des pages qu'il avait déjà lu.

Mais dans sa lecture, des bruits de pas le dérangèrent. Pourtant, toute la salle en était remplie, oui. Toute la salle. Mais ceux-là venaient vers lui, ils retentissaient dans sa tête, de plus en plus fort. De quoi le rendre fou.

Les pas s'arrêtèrent soudainement, et il sentit le banc bouger. Quelqu'un s'était assis près de lui. Il leva le regard de son bouquin dans un soupir et discrètement, le tourna vers la jolie paire de jambes qui s'offrait à lui.


- ... Désolée pour ça. Et il m'a prit que j'en avais envie.
- Ce dont tu avais envie, hein...

S'en suivit un petit silence. Elle avait eu envie de l'embrasser et elle l'avait fait. Il avait eu envie de l'embrasser, mais il s'était retenu. C'était la grande différence entre eux deux. Il soupira à nouveau et rangea son livre dans sa poche.

- Bien. Je n'accepterai tes excuses que lorsque j'aurais fait quelque chose dont MOI j'ai envie. C'est clair ?

Il tourna entièrement la tête vers Shana, lui laissant le temps de répondre. Il avait une expression assez froide, sans un sourire, sans vie presque. Mais que pensait-il réellement ?

Sans prendre en compte sa réponse, quelle qu'elle soit, il lui attrapa la main et se leva prestement. Aussitôt, il l'entraîna à travers la foule, sans faire attention à leurs regards indiscrets. Il arriva devant le balcon, prit une petite inspiration et se plaça devant la rambarde. Il s'accouda à celle-ci avec un seul de ses bras, sans lâcher la main de la petite poupée. Peut-être l'avait-il oubliée ?

La réponse arriva bien rapidement: il serra la petite main, un peu rouge. Il semblait fâché sans vraiment l'être, comme si son masque était tombé.


- Dis, tu trouves pas que la Lune est belle ce soir ?







Dernière édition par Abigaël Maclair le Mar 13 Mar - 10:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mer 4 Jan - 20:47

Il répéta mes paroles, comme pour s'assurer que je ne mentais pas. Du moins, de mon point de vue! Le silence me pesais. C'était comme ci mon rêve ne sortirait jamais du noir qui embrumait mon coeur. Je rêvais, toujours et encore. Sans qu'il se réalise réellement. Je voulais m'enfuir. Comme j'étais faible! Faible et peureuse. Pourtant la solitude était devenu l'un de mes plus grand ami. Bien que je n'avait personne a qui confier mes peurs, mes doutes... La seule amie que j'avais, avait déjà assez de souci ainsi. J'allais devoir me sortir seule de ce que je venais de faire. Mais comment faire?! J'étais peut-être devenue une sage mais quand sa me touchais, je ne savais plu quoi faire du tout...

Puis une sorte de "chantage" sorti de ces lèvres chaudes et douce. Tout le contraire du visage qu'il affichait en me regardant. Il voulait que je le laisse tranquille? C'était sa... y avait pas d'autres choses à dire. Vu son expression. Quoi que Zack me regardais ainsi lui aussi, mais au final il était parti. Serait-ce pareil avec Abigaël? Je me le demandais bien... Mais le temps que je réfléchisse, il avait prit ma main et me tira à travers la foule. Leur regard me donnais des frissons. Ces frissons parcourait mon corps tout entier. Je n'aimais pas être au centre de l'attention. C'était que ragot et problème en plus. Et je n'avais pas réellement besoin de cela ces derniers temps. J'avais déjà assez mal au coeur ainsi, du au départ d'un traître. Je ratais vraiment tout ce que j'entreprenais. c'était peut-être la raison pour laquelle mes parents m'avais laisser pour morte. M'avais abandonner dans la ville, seule dans les ténèbres. A manger ce que je trouvais du jour au lendemain dans les poubelles. A me battre pour oublier ma douleur émotionnelle. Pour blesser mon corps en attendent ma mort.

En y repensent, ma vie était bien minable avant. Mais j'avais changer, malgré que ma faiblesse reste. Je n'étais plu réellement la même. Je laissait un peu plus mes émotions prendre le dessus. Sa me jouais de drôle de tour d'ailleurs, je devrais peut-être arrêter. Mais cela me faisais tellement de bien, je brisais mes chaines petit à petit. Même si la plus part du temps je fini blesser, la liberté ne viens pas sonner a notre porte si facilement. Il fallait que je continue a me battre!

Nous arrivions au balcon. Là ou j'étais partie me cacher quelques minutes plus tôt. Il ne lâcha pas ma main, son bras libre poser sur la rambarde. je le fixa, perplexe. Qu'allait-il se passer? Que me voulait-il exactement? J'étais complètement perdue. Il pressa ma main dans la sienne. Je regarda son visage et découvrit des émotions. Cela me donna le tournis. Je ne pensais pas que j'allais voir un jour son visage avec une émotion. Le rouge lui allait plutôt bien d'ailleurs. Sa question était des plus minables. Mais elle me rassura. Je me mise donc a observer la lune. La lune était magnifique mais sans ce ciel bleu marine et ces étoiles pétillantes. Elle n'aurait aucune valeur. Je souris, l'idée de me confondre avec la lune me donnais envie de rire. Je commençais a devenir folle!

-C'est vrai qu'elle n'est pas vilaine. Mais sans tous ces détails autour d'elle, serait-elle si belle que maintenant?

Cette question ne lui était pas réellement réserver. C'était mes pensées que j'avais prononcer a voix haute. J'avais autre chose de bien plus important à lui dire. Je regarda nos mains, mitiger entre le doute et l'espoir.

-Qu'elle était cette chose? Celle dont tu avait envie et que je ne connais toujours pas?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mar 10 Jan - 22:58




Other memory.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »





- C'est vrai qu'elle n'est pas vilaine. Mais sans tous ces détails autour d'elle, serait-elle si belle que maintenant?

Le borgne tourna sa tête vers Shana. Que voulait-elle dire ? Lui était-ce réellement adressé ? Bien sûr. Il n'y avait personne autour. Que lui. Il ne semblait pourtant pas comprendre ce qu'elle voulait dire. Quoi répondre ? Lui poser la question et se faire passer pour un idiot ? Qu'avait-il à perdre de toute façon...

Il ouvrit la bouche pour répondre, mais au lieu de ça, son regard suivit celui de Shana: il s'arrêta sur leurs deux mains, jointes, serrées l'une dans l'autre. Soudainement, il se rappela. La dernière fois qu'il avait tenu quelqu'un comme ça par la main remontait déjà à loin. Un sourire ornait alors le visage de la jeune fille, heureuse. C'était cette même fille qu'il pensait avoir aperçu. C'était cette même fille qui occupait ses pensées.

Pendant un moment, il semblait songeur, perdu dans des chimères d'enfants, des rêves déjà enterrés, des souvenirs oubliés. Puis il reprit ses esprits soudainement lorsqu'elle continua:


- Quelle était cette chose? Celle dont tu avais envie et que je ne connais toujours pas?

Très rapidement, Abigaël devint totalement écarlate, l'air vexé, gêné. N'avait-elle donc pas remarqué ? Il fallait croire que le borgne était plus discret qu'il ne le pensait. Ou plus invisible.

Il se retourna vers la Lune, à nouveau, après avoir lâché la main de la poupée. Un souffle d'exaspération s'échappa de sa bouche. Elle ne comprenait pas, elle ne le comprenait pas, bien que lui non plus. Il ne se comprenait pas, il ne se comprenait pas lui-même, tout comme elle ne le comprenait pas. Il commençait à s'embrouiller dans ses pensées, à s'embourber dans ses réflexions. Puis il se retourna.


- Je n'ai pas envie de te forcer, tu sais.

Il repensa au baiser de tout à l'heure. Elle l'avait forcé. Il était faible. Sa main recouvrit son visage. Il sentit un noeud se former dans son ventre alors qu'il retira sa main, au fur et à mesure que Shana réapparaissait entre ses doigts fins. Qu'allait-il faire maintenant ?

Son regard se porta sur la salle, aux portes grandes ouvertes. Les lumières qui s'en échappaient éclairaient le sol du balcon, brillant, propre. Les autres dansaient, sans se préoccuper du duo à l'extérieur. Il jeta un regard à Shana.

Ses pas s'enchaînèrent alors. Il venait d'avoir une idée complètement stupide, complètement loufoque. Mais c'était sa seule idée. Il prit à nouveau la main de la poupée, la regardant droit dans les yeux, sans émotion particulière -ne serait-ce juste que du sérieux.


-Tu sais danser ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mer 8 Fév - 5:23

Ma question avait changer le vent de direction. Le chemin pour arriver jusqu'à son coeur allait être plus long à présent. Je m'en suis rendue compte quand son visage devint rouge, aussi rouge qu'une pierre de feu. Mes yeux restèrent sur son visage, cherchant a savoir ce qu'il se passait. Pourquoi ma question l'avait-il autant déranger? Qu'avait-elle de dérangeante? Avais-je rater une chose? Une chose que j'aurais ignorer? Un indice quelquonque. Vu sa réaction, on peut dire que j'avais tout fait tomber. Je déposa mon regard sur nos mains quand je sentie le vide sous la mienne. J'étais tellement plonger dans mes pensées que je n'avais pas sentie sa main s'enfuir de la mienne. Là, j'avais commise une erreur, irréparable ou non, j'allais bien vite le savoir. Je me mise a bouger mes doigts, inutilement. Ne sachant quoi dire ou faire d'autres. Pour ne pas m'enfoncer plus encore, j'ai pensée que ne rien dire était la plus sage des décisions.

Le souffle du vent, le silence puis... Des paroles. Me forcer? Mais a quoi donc? D'être ici en sa compagnie? Non, sa ne devait pas être cela. Mon sourire de tout à l'heure aurait du lui persuader le contraire. Je commençais a avoir le tournis avec l'alcool que j'avais ingurgiter quelques minutes plus tôt. Le froid dissipait tout les effets, pour faire intervenir les secondaires. J'allais passer un sale quart d'heure. Et je n'allais pas lui demander de me laisser prendre a cachet à cause de l'alcool. Tout sa par simple orgueil. J'y tenais énormément! C'était mon amour propre, et je n'avais pas envie de la perdre inutilement, comme j'ai pu perdre ma virginité.

Pendant qu'il était perdu dans ces pensées, je courba mon dos, plaçant mes avant bras sur le rebord du balcon. Fixant la végétation naissante, malgré l'hiver assez froid que nous avons cette année. La nature était stupéfiante, toujours vivante, ne pensent qu'à survivre et profiter du soleil. Elle n'avait a se soucier de l'amour, de l'amitié, de l'avenir. Elle vivait au jour le jour, se moquant de nos soucis. Car la nature sait que sans elle, nous ne seront pas ici, a nous faire du mal les uns les autres. Tuant notre oxygène chaque jour pour créer des feuilles. Mon esprit était devenu de nouveau vide et calme, sans saute d'humeur. J'avais retrouver mon calme légendaire, ma folie me manquait déjà. Pas que je ne peux vivre sans, simplement car elle m'aide a m'amuser. A montrer que je ne sais pas faire qu'écrire des mémoires, étudier, lire ou bien boire. J'étais capable de beaucoup de choses, mais je fermais a clé tout ce qui pouvait me donner mauvaise réputation. Bien qu'ici, la mienne soit faite depuis deux ans déjà.

Des pas s'approchait de moi et mes oreilles. Ce qui me fit sortir de mes rêveries. Ou souvenirs, bien qu'ils ne sont pas inoubliable. Je redressa mon dos, et regarda dans la direction du bruit. C'était tout simplement Abigaël. Il avait l'air sur de lui cette fois-ci, fonçant la tête la première dans un "mur". Je me demandais bien pourquoi il prenait la peine d'avancer vers moi, alors qu'on était assez proche pour pouvoir se parler. Mais je n'eu pas longtemps a me poser des questions. De nouveau, ma main vide trouva un support. Un support qu'elle commençait a apprécier. Je le fixa dans les yeux, cherchant des réponses a mes questions, mais rien. Rien ne m'offrais de réponse. Il avait de nouveau fermer son coeur. Ou alors, il fallait le surprendre pour réussir a avoir des réponses. Si c'était le cas, il ne manquais plus cas moi de le faire sortir de ces guons.

Il me demanda si je savais danser. Un sourire se dessina sur mon visage. Pas que j'étais "heureuse" de son "invitation". Mais cela me donnais simplement envie de rire, rire car la situation était ambïgue, étrange et bizarrement... Unique. Je pencha légèrement la tête sur le coté, le fixant.

-J'aurais bien aimer dire non, mais malheureusement, je sais danser.

Je n'avais jamais eu un bon humour. Mais j'espérais qu'il allait au moins comprendre le sens de ma phrase. Je jeta un oeil dans la salle, pour voir ce que nous allions danser. Une valse, il n'avait pas encore mit de musique mouvementer. Mais allait-il réellement danser cela? Il m'a proposer de danser, mais quelle danse allions nous réellement appliquer? Je mise en place, prête a danser. Une main sur son épaule, l’autre toujours dans la sienne. Mon dos était bien droit, un pied devant l’autre. Jamais je n’aurais penser que j’allais pouvoir danser ce soir. A vrai dire, je voulais partir d’ici le plus rapidement possible.

Mais on dirait bien que mon coté insociable, n’était plu là le temps d’une soirée. J’attendais qu’il commence ou qu’il me demande de changer de position car ce n’était pas la bonne danse. Mais je n’aurais jamais du laisser mon esprit vagabonder sur le jeune homme. Une douleur vint poignarder ma poitrine, mes lèvres devint brûlante, tel de la braise. Je sentais mon sang battre dans mes oreilles et l’oxygène me manquer. Ce que signifiait ce comportement ? La fatigue. Du moins, habituellement sa aurait été un signe de fatigue. Mais le coeur et les lèvres ne réclamait pas de sommeil, ils réclamait une chose, un geste, une personne. Cette personne se tenait juste devant moi, a quelques centimètres de mon corps seulement.

Je ferma mes yeux, prêtent a devenir aveugle pour ne plu a avoir ce genre de pensée, ce genre de comportement et cette envie qui enflammait tout mon corps. Mais il était trop tard, et ma folie revenait petit a petit. Il allumait la flamme, il fallait juste qu’il produise une étincelle pour que le feu parte de lui-même ensuite. C’est ce qu’il venait de faire avec moi. Malgré mes efforts en vain de me refroidir la tête, l’envie ne passa pas. Je serra alors l’étreinte de nos mains et me mise sur la pointe des pieds. Pour me mettre a son « niveau ». Je déposa délicatement mes lèvres sur les siennes, ne songeant a plu rien. La calme était de retour dans ma tête et cela me faisais fort du bien.

Je ne connaissais pas sa réaction prochaine. Mais même si il devait me repousser une nouvelle fois, je serais l’accepter. J’avais simplement besoin de calmer cette envie, il fallait que je le fasse pour qu’elle disparaisse. Surement l’alcool qui circulait encore dans mon sang qui me donnais ce genre d’idées. Allez savoir maintenant, ce que mon corps pourrait réclamer de plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Sam 11 Fév - 2:48




Under the moon.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »






Non, non non non.

Il ne savait pas danser. Alors pourquoi l'avoir proposé ? Oui, après réflexion, c'était vraiment une idée stupide. Il passa l'une de ses mains dans ses cheveux ébènes, tremblant. D'un côté, il voulait fuir, mais d'un autre... il n'avait pas vraiment envie de la décevoir. Pourquoi ? Il n'en savait rien et s'en fichait pas mal. C'est alors qu'elle répondit :


- J'aurais bien aimé dire non, mais malheureusement, je sais danser.
- Comment ? Dit-il derechef, crispé. Tu ne veux pas danser avec moi, c'est cela ?

Et voilà qu'il s'enfonçait. Pourquoi ne s'était-il pas tût ? Pourquoi n'avait-il pas tout juste coupé court à cette mascarade ? Son ego ne s'était-il pas contenté du baiser que lui avait offert Shana ?

Puis soudainement, sans prévenir, elle plaça une main sur son épaule délicatement, la main toujours dans la sienne. Il revint aussitôt sur Terre, s'arrachant difficilement de ses pensées. Non, il ne voulait pas danser ! Non, il ne voulait pas abandonner ! Choix difficile... Rester ? Courir ? C'était déjà trop tard...

Il tourna la tête vers la salle. Les femmes étaient toutes positionnées comme Shana : une main serrée dans celle de leur partenaire d'un soir, une autre sur son épaule. Les couples tournaient, tournaient, valsaient. Une valse, c'était cela. Il en avait déjà vu à la télé. De plus, celle-ci était loin d'être la plus compliquée. Il analysa rapidement les mouvements. Droite gauche droite, droite gauche droite... C'était simple. Extrêmement simple.

Abigaël avait toujours eu l'habitude d'analyser les comportements, les situations qui s'offraient à lui avant. Mais il n'utilisait ses analyses que très rarement, et ne pas réfléchir lui avait causé beaucoup d'ennuis. D'ailleurs, il avait arrêté d'analyser le comportement des gens lorsqu'il quitta son ancien pensionnat.

Alors c'était simple, oui. Il jeta un rapide regard à Shana qui avait les yeux fermés, pour une quelconque raison, inconnue du borgne.


- B... Bon... commença t-il, anxieux.

Sa tête se tourna à nouveau vers les couples. Il leva un pied, comme pour danser, mais il sentit une pression dans sa main.

De suite, il regarda la jeune femme qui s'était hissée sur la pointe de ses pieds. Il eût un mouvement de recul direct, mettant le pied droit en arrière, comme en position de défense. Et il sentit à nouveau ses lèvres pressées contre les siennes.

L'air hébété, impuissant – encore une fois – il la regardait, lui, yeux grands ouverts, elle, paupières fermées. Reculer ? Faire durer ? Des choix s'offraient à lui par million. Mais que choisir ? Ne voulait-il pas, plus tôt dans la soirée, l'embrasser lui aussi ?


« Shit. » fût le seul mot auquel il pensa avant de se laisser ''sombrer'', avant de fermer les yeux à son tour. Il glissa ses deux mains – il avait lâché celle de Shana – dans son dos, puis sur ses fesses, avant de finir leur ''promenade'' juste en dessous de celles-ci, pour la soutenir. Sa langue vint alors frôler la bouche de la belle, timidement, avant de se frayer un chemin entre ses lèvres.

Un véritable premier baiser. Mais pourtant, il avait fait une promesse à cette fille, cette fille, oui, toujours la même. Il lui avait promis de réserver ce baiser pour une personne spéciale. Et cette personne n'était peut-être pas celle qu'il avait devant lui.

Il finit par rompre le contact entre leurs lèvres. Yeux toujours fermés, il pencha la tête sur le côté, repliant ses lèvres vers l'intérieur de sa bouche comme pour encore goûter à ce baiser, certainement trop court à son avis.

Un petit goût d'il ne sait quoi mélangé à quelque chose d'un peu plus fort venait titiller ses sens. Tout cela lui rappelait vaguement un souvenir, un restaurant, un dessert... Puis il se souvint : un gâteau à la cerise, oui. Il y avait de l'alcool non loin. Une bouteille peut-être... Ca avait la même odeur forte, amère et douce à la fois. C'était ça. Un mélange de cerise et d'alcool.

Alors, en remontant doucement ses mains sur ses fesses – et en prenant bien son temps – il finit par dire :


- Dis-moi, j'aimerais savoir...

Il arrêta ses deux mains au creux des reins de Shana, glissant les bouts de ses doigts dans sa robe :

- Que cherches-tu ?






Dernière édition par Abigaël Maclair le Mer 15 Fév - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mer 15 Fév - 22:34

Une force invisible à l'oeil nu :

Je ne préférais pas relever ces paroles, autant l'ignorer et lui prouver le contraire non? Pourquoi utiliser de la salive pour rien? Ce ne serait que perte de temps et histoire sans fin. Les gestes était parfois meilleur réplique. Et, c'est ce que je venais tout juste de faire. Je ne sais pas ce qui me poussais a faire ces gestes, mais c'est pas l'envie qui me manquais. Je le désirais et me laissais envoûter par ceux-ci. Blessant mon partenaire. Même si sur le moment, je m'en contre fichais bien. Ce qui m'importais c'était que j'étais capable de le faire! Maintenant!

Avec persévérance, on arrive toujours a ces fins. Mon second baiser eu la réaction que j'aurais souhaiter la première fois, mais on ne peut avoir tout ce que l'on souhaite dans la vie. Du moins, si on insiste pas. Comme on dit : "Quand on le veut, on peut!", le proverbe n'était pas totalement faux. Car tout dépendait de la chose à laquelle nous avions envie dans le fond. Il y avait des choses facile à avoir, d'autres complètement impossible! L'amour est une chose que l'on peut avoir, la résurrection d'un être cher par contre, est impossible.

Quand je ne senti plu ces lèvres contre les miennes, j'ouvris les yeux, de peur qu'il ne regrette son geste. Mais il garda les yeux fermés, et sa bouche bougeait légèrement de l'intérieur. Il venait de pencher la tête et je l'imita dans ce mouvement. Ne sachant pas trop quoi faire à présent. Il avait accepter le baiser mais savait-il ce qu'il signifiait réellement? Je senti deux "palmes" chaudes monter sur mon postérieur. Je ne dis rien et continuait de le fixer. Allait-il parler? Je n'eue pas a attendre très longtemps qu'il ouvrait la bouche, près a me poser une question.

La vérité peut-elle être réelle :

Au milieu de sa phrase, je senti ces doigts traverser ma robe. Je la fixa, faisant clignoter mes paupières comme des warning. Ne sachant pas comment prendre sa question avec ces gestes. Tout était confus dans ma tête. Pourquoi me poser cette question en tripotant tout entier? Mon cerveau se mit à réfléchir a pleine puissance pour ne pas lui montrer que cela me troublais. Au bout de quelques secondes seulement, qui me paraissais d'interminable minutes, je lui répondit.

-Je cherche a refermer mon piège sur toi. A me dire que mon appât a bien fonctionner. Et que, si les miracles existe, je réussirais mon coup.

Mes paroles ne montrait pas réellement mon intention, il dévoilait tout simplement mon "plan". Même si je ni avait jamais penser ainsi jusqu'à présent. A vrai dire, je m'étais toujours cacher derrière des "rencontres miraculeuses", alors que dans le fond, je prévoyait toujours tout depuis le départ. Je ne m'en étais jamais aperçut jusqu'à ce soir en faite, devrais-je le remercier? Non! Pas pour cela. Mais, j'étais curieuse de savoir une chose. Voir deux a son sujet! je redressa mon cou et le regarda de haut en bas, malgré sa hauteur.

-Puisque nous sommes dans les confidences, peut-tu me dire pourquoi tu a refuser mon premier baiser? Car, je veux savoir si mon plan de "séduction" a marcher ou non. Je préfère être franche, même si cela te met mal à l'aise.

Faite qu'il réponde a ma question, priais-je dans ma tête. Je voulais une réponse et j'attendais une réponse! Sinon, il y avait une deuxième option, la torture. Bien que si je souhaite ne plu avoir de chance, je devais choisir la seconde option. Je l'effaça immédiatement de mon esprit. Ne jamais faire fuir un homme le premier soir, règle numéro une!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Mar 1 Mai - 3:30




Escape from reality.



« On ne fuit pas les gens, on se fuit soi-même. »






Un sourire crispé tendit ses lèvres. Il n'avait pas apprécié, mais pas apprécié du tout sa réponse. N'était-il donc qu'un simple compagnon ? Juste un cavalier ? C'est vrai qu'elle s'était retrouvée seule en début de soirée, alors peut-être qu'il n'était que le meilleur ami bouche-trous, le second choix. Ou peut-être n'était-il juste qu'un mec. Un humain avec des atouts masculins. C'était ça qu'elle cherchait ? « Alors elle a le choix... ailleurs. » pensa le borgne.

Cependant... quelque chose le retenait. Le destin ? Une force mystérieuse ? Certainement pas. Il ne croyait pas en toutes ses sottises dignes d'histoires pour gosses. C'est qu'elle avait quelque chose en plus par rapport aux autres. Ça, il y croyait. Il le savait, même. Il en était certain.

Pendant son adolescence, malgré les persécutions dont il avait été victime, beaucoup de filles l'avaient abordé. A quoi cela était dû ? Il l'associait de temps en temps à un charisme inconnu ou à un charme anglais, la réputation de gentleman... Bien qu'il était loin d'en être un.

Et comme d'une pensée en naît une autre, il eût ce flash, le pourquoi "il n'était pas un gentleman". Une rapide grimace déforma son visage. Il ne voulait pas y penser, pas ce soir du moins. Pas devant
elle. Alors il revînt en arrière, comme si tout cela n'était qu'une simple page Web.

Il se concentra sur la différence entre la fille qu'il avait devant lui et celles de l'orphelinat. Celles de l'orphelinat n'étaient pas de celles qui ne recherchaient que du plaisir - du moins, pas toutes. Mais il y avait quelque chose en moins, quelque chose... Voilà. La femme en face de lui était intéressante. Et c'était ça qui faisait tout changer.

Mais non, il n'était pas amoureux ! Du moins... C'est ce qu'il pensait. Qu'était-il alors ? Qu'avait-il ? Il baissa le regard le temps d'une seconde. Assez pour réfléchir. Assez pour en conclure qu'il... n'en savait définitivement rien.


- Puisque nous sommes dans les confidences, peux-tu me dire pourquoi tu as refusé mon premier baiser? Car, je veux savoir si mon plan de "séduction" a marché ou non. Je préfère être franche, même si cela te met mal à l'aise.

Cette fille avait la fâcheuse habitude de le faire monter très haut... pour le faire redescendre aussitôt sur Terre. Le temps qu'elle lui laissait entre ses répliques n'était jamais suffisant. En même temps, combien de temps lui aurait-il fallu ? Des heures ? Des journées ? Des mois ?

Il soupira lentement, oubliant presque sa réponse de tout à l'heure. Il fallait qu'il y réfléchisse... plus tard. Là, il était temps d'agir. Pas de penser.


- C'est que, je...

Et là, soudainement, blocage. Je quoi ? Il n'en connaissait même pas la réponse. Gêné, il se mit à rougir et détourna la tête. Il avait des excuses certes potables, mais inacceptables. Quelle fille sur cette Terre accepterait l'excuse de "Il y avait du monde" ? Aucune. Dans son entourage au moins.

Et elle avait dit que ça le mettait mal à l'aise... ce n'était pas ça, mais elle allait finir par le croire. Il souffla, comme pour reprendre le dessus - bien qu'il s'enfonçait depuis tout à l'heure - et regarda Shana.

Et même ses yeux l'empêchait de réfléchir. Horrible sensation d'impuissance. Le bruit des danseurs chevauchait ses pensées. Il fallait qu'il aille ailleurs. Pas dehors. Il aurait l'impression d'être sans cesse observé, comme quelqu'un qui aurait un poids sur la conscience. Peut-être en avait-il ?

Alors où ? A l'intérieur déjà. Pas quelque chose de public. Il n'aimait pas les gens. Et voir débarquer quelqu'un alors qu'il est en pleine conversation le répugnait. Il ne restait plus beaucoup de choix... La chambre ? C'était la seule pièce qui lui venait à l'esprit.

Mais là, il était bloqué. Il ne pourrait pas bouger avant d'avoir répondu. C'était comme si elle avait braqué un revolver sur son torse. S'il fuyait, il était mort. Déjà qu'il fuyait la réalité...

Tant pis. Mort pour mort...


- J'ai été surpris et... il y avait beaucoup de monde.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin's

avatar

Stone Ian K.
Admin's


Messages : 220
Date d'inscription : 07/07/2011


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Dim 29 Juil - 6:15

Le mensonge est-il mieux que la vérité ?

Son silence était pesant. Il me gênais. Comme ci mes paroles avait eu pour but de plonger la discussion dans le chaos le plus total. Mon corps frigorifier commençait a trembler, quelques années de plus et on l'aurait entendue grincer. Comme les rouages d'une horloge. Pourtant, je resta là, planter face à lui, attendent une quelle qu'on que réponse de sa part. Des secondes? Selon ma vision des choses, cela semblait des minutes avant qu'il n'articule quelques mots avant de laisser la phrase mourir. Mourir, ou s'envoler avec l'air frais de la nuit sombre. Et pourtant, j'espérais encore qu'il poursuive la phrase. Tout en sachant que rien ne suivrait. Puis un soupire. Il ne savait donc pas quoi répondre ? Mes paroles étaient si étranges que cela pour rendre le jeune homme muet comme une carpe ? Ou bien était-ce moi qui était trop impatiente et qui ne le laissa pas réfléchir assez longtemps ? Encore un moment, quelques secondes supplémentaire avant de couper le silence de la nuit. La fatigue se mélangea a l'alcool qui disparaissait peu a peu.

Mes bras s'enroulèrent autour de mon buste, cherchant a se protéger du froid. Sachant que les bras ne pourront pas couvrir tout mon corps, je pris mon mal en patience. Aussi bien que je le pu. J'avais envie de faire un pas, juste pour dégourdir mon corps froid comme la mort. Mais cela risquerait d'être mal interpréter. Je resta donc ainsi, face à lui, figé par le vent glacial de ce soir d'hiver. Attendent qu'une chose chaleureuse arrive. Une coupe de champagne ? Un vent chaud ? Des bras accueillant ? Un feu de cheminée ? Toutes ces choses qui rendrait a mon corps une température normal. Mais rien de cela ne se passa. Le vent était toujours aussi frais, les serveurs n'osaient pas sortir pour deux personnes silencieuse comme des tombes et aucun feu n'avait été créer sur le balcon. Au dernier moment, au moment ou j'allais couper court a cette conversation pour sourd pour retrouver la chaleur de la salle, il se mit enfin a parler. J'apporta de nouveau toute mon intention sur lui. Sur cet homme qui m'avais offert une issue de secours ? Si on pouvait appeler cela ainsi, pourquoi pas. Même si le terme n'était pas réellement le bon.

La cage des sentiments :

Surpris, je voulais bien le croire. La foule ? Etait-ce le seul argument qui lui était venu a l'esprit ? On dirait bien que oui. Décidément, la franchise n'est pas une chose a aborder avec les hommes. Ils sont tout bonnement incapable de comprendre ce genre de choses. C'est trop direct pour eux ? Certainement. Ou bien est-ce moi qui m'exprime mal ? Non, ce sont les hommes qui sont compliqués. Un coup ils veulent la vérité, un coup le mensonge. Comment s'en sortir dans ce genre de situation ? L'être humain est-il fait pour mentir sur tout et n'importe quoi tout le temps ? Pour ma part, je ne pensais pas cela ainsi. Mais plus j'avançais dans la vie, plus je prenais de l'âge et plus le mensonge faisait apparition. Les êtres humains sont-ils si fermé et manipulateur pour laisser libre recours a leurs sentiments ? Ou bien ceci est trop difficile a accepter ? Peut-être avons nous peur de nous accepter tel que nous étions réellement ? Tant de questions, pour une sage les questions ne devait pas fusionner autant. Tout devait avoir une réponse dans l'immédiat. Mais ce soir j'avais énormément de mal a garder mon calme naturel et a mettre en place les règles. Est-ce dû a l'alcool qui parcourait toujours mes veines ? Ou bien ces hallucinations morbide qui adore me faire souffrir ?

- La foule ? C'est ce qui te fait peur ? D'être aperçu par une poignée de personnes ? *Un moment de silence. Mes yeux d'un bleu glacial plongée dans son oeil océan* Ou bien est-ce la seule idée qui te soit venu en tête ?

Ma mâchoire se crispa toute seule. Dû au froid ? Non. J'avais les nerfs en compote. Le froid, les mensonges, l'alcool, la foule, les regards accusateurs, les hallucinations, les tourments. J'avais beaucoup trop de choses en tête pour rester impassible. Cette soirée, ce bal, qui pour la plupart des personnes ici présente restera un noël formidable, je commençai a en avoir ma claque. J'avais envie d'entendre mes talons résonner sur le sol marbré et bien ciré. Je voulais claqué ces grandes portes aux moulures dorés et m'éloigner de ces chuchotements idiot. Ces personnes avaient-ils un bon sens ? Non. La plupart était né idiot et ne souhaitait pas devenir intelligent. Des moutons, voilà ce qu'ils étaient. Il ni a que les ragots qui les font vivre. Ils se pensent supérieur aux autres grâce aux "On dit". J'observa mes bras nus, avec mes poils hérisser. Ma peau pâle était devenu légèrement violette. Je fixa de nouveau le jeune homme, un peu tendue.

- Je commence à avoir un peu froid. On ne pourrait pas rentrer au chaud ? Ou bien les regards de la foule vas te perturber ? *Un sourire taquin se forma aux coins de mes lèvres* Pour ma part, ils ne m'intéressent pas. Mais je te laisse seulement cinq minutes pour répondre. Avant que je ne puisse plu bouger du tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain

avatar

Abigaël Maclair
Humain


Messages : 33
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : De toutes façons, il ne veut pas vous parler.


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   Dim 29 Juil - 8:48





Rumors&Shit
Ces petits signes qu'il ne pouvait pas oublier, ces tout petits signes, pourtant anodins pour beaucoup, elle les avait tous fait, sans exception. Elle avait attendu sans rien faire d'abord, à croiser les bras pour se réchauffer, tout en le regardant. Ce regard perçant, qui vient chercher dans votre âme pour vous hurler de vous dépêcher, pour s'asseoir sur vos épaules et sans gêne, s'installant confortablement sur la masse déjà pesante des erreurs que vous avez commises. Elle l'avait regardé quand il avait parlé, avec cette lueur d'espoir qui s'efface dès que vous décevez l'autre. Et comme prévu, elle avait disparu, sans mot et sans geste. Par la suite, elle avait tourné la tête légèrement, juste assez pour regarder autour d'elle, pour voir si elle pouvait s'en aller et fuir loin de ce coincé d'anglais, aller se réfugier dans les bras d'un grand qui avait l'habitude avec les femmes.

Et bien sûr, il y avait eu ce signe là, ce mouvement, ce regard exactement. Celui qui vous montre que vous n'êtes qu'une merde, que vous ne savez ni organiser vos idées, ni parler correctement. C'est ce regard qu'on jette aux menteurs, bien que le borgne avait été extrêmement sincère - et c'était certainement le pourquoi il rougissait en fait. Et pourtant, elle ne l'avait pas cru et l'avait certainement descendu de plusieurs grades. Les femmes n'aimaient pas les hommes qui mentaient. Il le savait. Parce qu'elle n'aimait pas ça non plus.

C'est ce genre de signes qu'il n'allait pas oublier en une soirée, qui reviendrait constamment frapper contre sa tête pour se nourrir de la honte, de l'envie de vomir de laquelle il sera envahi, jusqu'à ce que son pouvoir décide lui-même de lui faire oublier ce moment futile sur le balcon. Il n'avait pas besoin de tout ça après tout.

- La foule ? C'est ce qui te fait peur ? D'être aperçu par une poignée de personnes ?

Impuissance, Ô douce impuissance. Il balbutia, s'arrêta plusieurs fois... comment expliquer ça ? Le mot "agoraphobie" ne suffirait simplement pas. A leurs avis, eux, jury de lui-même, spectateurs dans la foule, commères dans la rue ; pourquoi se réfugiait-il dans les livres ? Pour ne pas voir cette espèce humaine qu'il ne fait que détester que trop bien, elle et toutes ses variantes. Elfe ? Démon ? Esprit ? Lycantrophe ? Peu importe. Qu'ils aillent tous en Enfer, qu'il pensait silencieusement.

Puis ensuite, bien qu'il aurait prié pour qu'elle s'arrête là et aille finalement rejoindre son amant (inconnu) de toujours dans ses bras musclés et définis, elle continua:

- Ou est-ce la seule idée qui te soit venue en tête ?

Prévisible mais destructrice, comme les ouragans qui passent et ne laissent que derrière eux des ruines de maisons et appartements. Ca avait eu le même effet sur lui. Elle ne le croyait pas, pas un traître mot de ce qu'il pouvait dire et pourrait dire. Il avait certainement perdu sa confiance en même temps que sa propre assurance.

Mais il n'allait pas abandonner ici. Il ne pouvait pas abandonner ici. Il l'avait embrassé, et c'était tout ? Ca s'arrêtait là ? Il ne se parlerait plus jamais ? Ne se saluerait pas dans les couloirs ? Juste pour quelques baisers volés et une mauvaise tournure de phrase ? Non. Ca n'était pas comme on le raconte dans les contes de fées. Donc ça ne pouvait pas terminer comme ça. Elle lui avait dit ça aussi.

- Je ne rigole pas, je me sens vraiment mal à l'aise avec de la foule autour... tu n'as jamais ressenti ça ?

Il avala de travers sa propre salive et toussa un peu. Tout aussi crédible que ce qu'il avait annoncé avant. Encore heureux qu'elle n'en avait pas ri. Il s'en serait souvenu toute sa vie et en serait peut-être devenu impuissant... enfin, il n'aurait jamais dépassé le stade de la discute (et du baiser maintenant, puisqu'il avait eu son premier ce soir-même). Il aurait forcément beugué et... Encore heureux qu'elle n'en avait pas ri.

- Je commence à avoir un peu froid. On ne pourrait pas rentrer au chaud ?

Tilt. Il ouvrit ses yeux, allumés d'un intérêt nouveau. Le reste de la phrase ? Ah, il l'avait zappé. Complètement. Il avait compris quelques mots, les avait entendus, mais pas écouté. C'était son échappatoire. Rentrer au chaud. Certainement pas dans la salle en tous cas, il y avait trop de personnes qui les avaient remarqué tous deux et se seraient certainement délectés de les revoir revenir, pour en parler toute la soirée. Non, ils étaient beaucoup trop visibles là-bas.

N'avait-il pas pensé à sa chambre quelques minutes plus tôt ? A s'enfuir là-bas, seul endroit qu'il connaissait vraiment -après tout il était arrivé il y a peu- ? Mais la foule ? Comment interpréterait-elle ce geste ? S'inventerait-elle des choses à propos du duo ?

Qu'importe.

Subitement, sans crier gare, il emprisonna la poupée de ses deux bras, légèrement tremblant. Lui aussi avait froid. Mais il avait caché tout ça, il avait surmonté tout ça. Pourquoi ? C'était encore une chose à déterminer. Peut-être pour elle au fond. Peut-être pour rester le plus longtemps possible à ses côtés.

Il eût un petit rire nerveux, celui qui vous enlève toute crédibilité, tout sérieux, en serrant plus fort la jeune femme contre lui. C'était stupide. Mais il était bien comme ça. Il avait lâché une minute ou deux son masque de porcelaine. Il avait été heureux.

- A défaut d'avoir un manteau, je ne peux t'offrir que ça.

Il la lâcha finalement, souriant tendrement, et attrapa doucement sa main en lui indiquant d'un mouvement de tête la salle remplie:

- J'espère que ça ne te dérange pas trop si on va ailleurs ? Ce sera à l'intérieur, mais ça sera plus vide également...

Au final, il s'en alla, main dans la sienne, traversant la pièce sur toute sa longueur pour fuir les bavardages incessants des troupes de moutons qui se contentaient de danser lamentablement sur le carrelage immaculé de la salle.

Pour ce qui est de ces derniers, la fête continua un bon moment ensuite, une heure, deux heures, trois peut-être ? Peu importe. Tout ce qui se sait, c'est qu'il faisait bien nuit quand tout le monde rentra et que la Lune était bien haute dans le ciel. Il y eût très certainement des engueulades à cause de cette fête et des couples formés, mais tout cela ne s'était réduit qu'à l'état de rumeurs circulant dans le Pensionnat entier.

Quant à Abigaël et Shana, ils rentrèrent tous deux dans la même chambre. Ce qu'il s'est passé ? Oh, çà. On raconte qu'ils sont allés plus loin, on entend qu'ils en sont restés là. D'autres disent qu'ils se sont finalement engueulés et qu'ils ne se parlent plus. Puis il y a ceux qui ne savent pas. Mais après tout, peu importe. Ce ne sont que des rumeurs. Beaucoup disent, très peu savent réellement. Qui vivra verra !

[HRP: C'est un peu pourri pour une fin, et tu vois maintenant pourquoi je réponds pas normalement aussi vite: ça donne de la maaaaaaaarde. xD]

« Le bonheur ? C’est vivre dans la réalité, ne pas porter de masque. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: ♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]   

Revenir en haut Aller en bas
 

♀ La magie de noël existe t elle? ♂ [PV Abigaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pégase existe ...
» la statue de Rocky à Philadelphie
» TOUJOURS PRET A ACCUSER L'ONU, QU'EN EST IL DE L'OUA?
» L'avenir de Pokémon
» Cylibris édition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.S.2 :: Inutile~ :: Corbeille :: Sport et Fêtes :: Salle des fêtes-