Bienvenue à toi Invité. ♫


Partagez | .
 

 Lorsqu'on s'aime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Lorsqu'on s'aime   Mar 24 Mai - 12:57

Mika poussa un long soupir en reposant son stylo sur son bureau. Il regarda la pile de papier qu’il devait encore faire, son bureau n’avait pas changer depuis qu’il était là, toujours rempli de papier à remplir de dossier à étudier et à apprendre par cœur mon Mika qui travaillait toujours avec ton perpétuelle sourire moqueur. Et les élèves qui passaient chaque jour son bureau à chaque fois plus terrorisé que la précédente. Oui car maintenant ça réputation n’était plus à faire, tout le monde connaissait Mikael, l’enfant de l’établissement, le directeur adjoint, le démon de ses élèves qui n’avait pas le droit ni l’honneur de rencontré en personne la directrice, sa bien-aimée. Un tendre sourire étira ses lèvres a la pensée de cette ange qu’il avait la chance de fréquenté. Rare était les élèves la rencontrant, directrice exemplaire, elle n’était pas méchante et n’aimait pas être le méchant, ce qui par contre Mika lui adorait jouer et ne se priver jamais de le faire. Une fois il avait même mit à bout un démon qui avait oser prier devant lui tellement Mika avait était dur avec lui.

Il se leva de son siège pour aller à la grande fenêtre qui donner sur l’école, regardant ceux de son âge rire et jouer en toute innocence, s’embrassant, alors que lui il travailler. Il avait beaucoup plus de travail depuis le départ de se flémard de Seika mais il le regrettait vraiment, car avant d’être son secrétaire il était son meilleur ami. Il regarda longuement le vent bouger les feuille des arbre, il faisait beau aujourd’hui, sa fenêtre ouvert l’laisser passer les senteurs du printemps déjà bien avancer. Ce jour était le contraire de sa première rencontre avec Kaorii.

Kaorii…

Cet esprit dont il s’était éprit et dont il se sentait si coupable. Il se ressaya sur son fauteuil, jouant avec un stylo le regardant sans le voir. Il se souvenait quand elle l’avait « embarqué » dans cette galère comme il aimé se dire, comment elle lui donné des tonnes de boulot avec cet air désolé. Il se souvenait de son mari, cet homme qu’il n’aimait pas, il ne l’avait jamais aimé. Son aura était malsaine, il n’en avait jamais parler à Kaorii, préférant la voir sourire avec cet homme que de la voir si triste… Mais triste elle l’était aujourd’hui. Son homme l’avait quitter, et son fils, ce garçon qu’il connaissait a peine. Il s’en voulait encore. Il était la lorsque l’enfant est mort, il est même mort dans ses bras. Ce jours-là il se souviendrait a jamais de la douleur de sa dulcinée, les larmes et les cris de peine qu’elle eut, ni la manière dont elle s’effondra. Il était jeune a cette époque, il l’a veiller longtemps, s’occupant d’elle ne laissant personne sauf sa jumelle s’approcher de la jeune femme. Puis a son réveille la sentence, l’oubli… UN trou noir, sauf pour peu de personne, elle avait tout oublié. Prenant sur lui Mika avait géré l’école seul durant de long mois, laissant a Tsu le plaisir d’aider sa sœur. Des mois ou il dormit peu, et profitant de ses rare moment libre pour les passé avec la jeune femme au sourire si doux qu’il lui réchauffait le cœur. Et un jour d’hiver, un soir ou encore une fois le travail ne le quittait pas, il la vue errait dans le parc. Il faisait froid et elle n’était pas vraiment habiller, une robe de chambre n’était pas un habit pour lui. Mika lui avait couru après pour lui enfilait un manteau, puis il l’avait embrassait. Depuis ils étaient ensemble et Mika se sentait léger avec elle.

C’est avec un soupir résignait qu’il remit ses fine lunette pour reprendre le travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mar 24 Mai - 13:29

Aujourd'hui, j'ai eue du mal a me lever pour rejoindre mon bureau. Oui, beaucoup de mal même. Mais j'avais des cours a préparer en dehors de mon rôle de directrice. Ce que je faisais souvent dans mon bureau d'ailleurs. Personnes ne savait, du moins aucun élève, que la professeur de photographie et musique était en réalité la directrice. Ce qui me permettais de me reposer de temps en temps. Cela va faire à présent un an que j'ai reprise du service. Un an que je reprend ma vie comme ci de rien était. Un an que Mickael supporte mon silence mortuaire le soir, un an que j'ai perdue l'usage de mon oeil gauche. Ainsi que ma mémoire et... Mon fils!

Je me souviens de la dernière fois ou je l'ai vue comme ci c'était hier. Son visage rempli de sang portant pourtant un sublime sourire. Ces yeux enfoncer dans les miens. Il m'avais dit de ne pas pleurer, qu'il allait rejoindre les cieux. Lui qui était si jeune, il aurait du avoir deux ans... Seulement deux ans mais son compagnon. Misaki Tomo, avec son pouvoir lui avait fait prendre 16 années d'un seul coup. Je me souviens l'avoir aider pour l'avouer a son père. Oui, il était homo, et alors? C'était tout de même mon fils et je n'allais pas le regné juste pour sa sexualité!

Malgret cela, j'avais pleurer et hurler de douleur... J'avais été égoïste avec lui. C'est pour cela que je me bat afin de retrouver la mémoire et de sourire de nouveau normalement. Beaucoup de personnes m'entourais et m'aidais aa surmonter cette épreuve. Je ne le nie pas et le nierais jamais! Car sans eux, je serais surement morte de chagrin.

Je me leva péniblement de mon lit pour aller me laver et m'habiller. Je mise un habit sérieux, de couleur noir. M'attacha les cheveux et me dirigea vers la porte de sortie. Je regarda si il n'y avais personnes avant d'entrer dans le bureau de Mickael. J'étais obliger de faire cela tous les jours pour qu'on ne perce pas mon secret. Je toqua une fois a la porte et entra avec un léger sourire. Je referma le porte et fit un coucou de la main a mon nouveau mari. Je m'avança jusque lui et je me mise a rire légèrement en voyant sa tête fourrer dans son travail.

-Tu n'a pas l'air très motiver aujourd'hui pour travailler Mickachu dit moi.

Je l'embrassa puis commença a avancer vers la porte de mon bureau. Prise d'un vertige je resta planter comme un piquet en me retenant a la poignet et en fixant la porte. Je souris de nouveau et fit mine de rien.

-Cela te dit de finir plus tôt aujourd'hui?

Je ne me retourna pas, sinon, il allait voir a mon visage que je me sentais pas bien et me forcerais a aller me reposer. Hors, il avait besoin d'aide et j'avais du travail.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mar 24 Mai - 16:57

Mika ne releva pas la tête lorsqu’on frappa a sa porte a quoi bon ? Il savait qui c’était et pourquoi on venait frapper. Il était tôt sa ne pouvait être que Kaorii et personne d’autre, a moins que les élève soit assez idiots pour se faire renvoyer de cours a peine arrivé. Comme il s’en douté la porte souffrir sur la frêle silhouette de son aimée. Il se fit discrète comme a son habitude, les cernes sous ses yeux ne trompé pas sur ça fatigue, et vue l’heure, il devina qu’elle n’était pas d’humeur. Il ne releva pas la tête, même lorsque ses pas se rapprochèrent de lui. De même que lorsqu’il perçu un son cristallin sortir des lèvres de sa dulcinée, il resta le nez dans son dossier. Il ne voulait pas la voir encore une fois faire semblant, se forçait à aller bien.

-Tu n'a pas l'air très motivé aujourd'hui pour travailler Mickachu dit moi.

Vrai, Mika ne voulait pas travailler lui non plus, il voulait se reposé et rire, devenir insouciant avec ses ami, avec celle qu’il aimé, mais ça lui était impossible. Il ne releva toujours pas la tête, on aurait pu croire qu’il faisait la tête, mais non bien au contraire, il voulait juste que Kaorii le croit heureux et sans soucis lui aussi. Il sentit un baiser sur le sommet de sa tête, mais il resta toujours inlassablement dans son dossier.
Puis enfin comme délivrait, les pas s’éloignèrent de lui, se dirigeant vers la porte du bureau de Kaorii. Puis tout a coup, ils se stoppèrent s’arrêtant devant la porte. Il sentit le faux sourire dans la voix de Kaorii.

-Cela te dit de finir plus tôt aujourd'hui?

Cette phrase était de trop pour lui. Il posa sans aucune douceur son stylo, fermant son dossier d’un geste vif et las. Il se releva, d’un geste qui montrait son habitude il fit disparaitre toute trace de dossier de son bureau. Marchant d’un pas déterminé, il empoigna le bras de Kaorii, de son ange et l’attira dans ses bras. Respirant à plein poumon, son odeur, la serrant contre lui. Il avait bien grandi le petit Mika et maintenant il dépasser de loin Kaorii.
Il la serra sans un mot durant de longue secondes.

-Kaorii, ma douce, ma bien aimé, ma tendre Kaorii… il parler lentement, murmurant ses paroles. Je t’aime ma déesse et je t’aimerai toujours.

Il desserra son emprise et l’amena au canapé ou il la fit s’assoir. Se mettant à genou devant elle, le regardant droit dans les yeux, il porta sa main droite à ses lèvres qu’il embrassa. Puis il baissa le visage.

-Kaorii, je ferai en sorte de tout faire pour te redonné se sourire que tu as perdu, je sacrifierai ma vie juste pour un seul de tes rire. Je t’aime et se depuis longtemps, mais je te demande une chose. Ne me ment pas douce Koasha, ne me dit pas aller bien alors que ton cœur hurle de douleur. Ne sourire pas pour cachait tes larme, pas a moi, je vois en toi comme dans un livre. Je te sens la nuit te levais, je comprends tes silence, mais il m’est impossible d’accepté ce mensonge.

Une fois de plus il embrassa la main de sa déesse qu’il avait dans les sienne. Accrochant son regard au sien, une détermination sans nom dans le regard, et un sourire mutin aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mer 25 Mai - 14:57

Comme tous les matins, il ne bougea pas a mon arriver. Cela ne me blessais pas car c'était dans sa nature puis il avait du travail. Lui qui m'épaulais dans n'importe qu'elle circonstance, je le faisait bien souffrir... Il fallait vite que je retrouve ma mémoire pour arrêter ce massacre. La dernière phrase que je pu sortir énerva Mickael. Je n'avais pas besoin de voir son visage pour le savoir, il suffisait juste que je fasse plus attention aux bruits autour de nous. Un dossier se ferma violement, le stylo raisonna dans ma tête, ces pas se dirigeant droit sur ma personne... Je sentie sa main m'aggriper le bras, je n'eue pas le temps de me tourner. De toute manière, je ne pouvais faire de mouvements brusque. Sous peine de me renverser.

En seulement une fraction de seconde, je me retrouva dans ces bras. Je me sentais comme apaiser. Mon vertige était toujours là mais c'est comme ci Mickael était une barrière entre le vertige et moi-même. Cela me faisais toujours sa et j'aimais cette sensation. Du moins, j'aurais pu l'apprécier comme d'habitude si je ne m'étais pas rendue compte du fait qu'il était triste. Moi qui était pourtant grande, je me sentais rikiki face à lui. Son silence voulait tout dire et pourtant, il me faisais peur et mal. Pourtant, il ne parlait pas tant que cela mais ce silence était pesant. Moi, qui avait contrôler le vent, je sais ce que cela signifie... Mais je n'osais pas le rompre et encore moins le regarder dans les yeux.

Dieu soit louer, ce silence se brisa... Du moins, si je restais pas concentrer sur le moindre bruit, je n'aurais pas entendue ces paroles... c'étaient des murmures, un murmure qui signifiait son inquiètude. Après ces paroles il me lâcha légèrement puis me fit m'asseoir sur son canapé. Je le laissa faire sans rien dire pour ne pas l'énerver. Il se mis a genou devant moi, me fixant dans les yeux. Je me sentais encore plus mal vis a vis de lui mais soutien son regard. Il me toucha la bouche puis m'embrassa. Je profita de son baiser pour laisser mon esprit s'évader. Mes yeux étaient clos, mais je sentie un mouvement dans l'air, j'ouvris donc mon oeil et vis sa tête baisser. Mon regard devint triste et mon coeur eu une pointe. Cette scène me faisais mal car quand il baissait la tête cela voulait dire qu'il avait mal... Mal de me voir ainsi. Je le laissa parler mais j'avais une envie folle de le prendre dans mes bras... Oui, de le câliner pour le revoir sourire et rire.

Après ces paroles qui venait de me toucher, il me baisa la main puis reposa son regard sur moi. Une chose avait changer dans son regard... Il était déterminer a m'aider, a me rendre mon rire et mon sourire... Il voulait que je redevienne le rayon de soleil et c'est ce que je m'éforçais de faire chaque jour pour lui faire plaisir. Sans résultat! Son sourire mutin me fit sourire légèrement. Je lui caressa les cheveux et prise la parole.

-Mickael, je suis désolée pour tout. Je fais ce que je peux pour retrouver la mémoire et redevenir comme avant. Je ne veux plus te blesser mais pour le moment, je crois bien que c'est encore trop tôt.

Ma voix devint plus basse. Ma voix était limite transparante.

-Ce que je veux le plus au onde, c'est de me retrouver pour te rendre heureux. Re-fonder une famille avec toi et rire a tes cotés le restant de nos jours.

Je le fixa dans les yeux a mon tour avec un regard plus doux et moins triste. Un sourire s'afficha sur mon visage en même temps que des larmes coulaient sur mes joues rosés. Je le prit dans mes bras et ne voulait guère montrer on visage en pleure a celui que j'aimais. Je lui caressa le cou et lui chuchota a l'oreille.

-Je t'aime Mickael, tu ne peut pas savoir a quel point je vais mieux depuis que je suis avec toi. Tu me donne la force nécessaire de poursuivre ma vie tous les jours. Et j'espère qu'un jour, je te rendrait heureux et te donnera la force que tu me donne aujourd'hui.

Je me stoppa et ferma mon oeil pour m'évader de nouveau avec son parfum, son odeur. Me rappeler de la nuit ou il es venu me sauver dehors... Sous la pluie, en robe de chambre. Je voulais m'enfuir, m'échapper sans le dire a personnes, sans dire "au revoir"... Je voulais mettre fin a mon éternité qui me blessais. Mais lui était arriver et m'avais sortie de cette impasse. Je lui dois beaucoup, beaucoup plus que ma vie... Et un jour, je lui donnerait tout ce qu'il souhaite. Oui! Je le savais, j'en était certaine! Et aussi déterminée que lui en ce moment même.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Jeu 26 Mai - 10:18

Kaorii était un frêle papillon a ses yeux, Douce est belle, mais aussi dangereuse quand elle le voulait. Pourtant elle avait perdu cette dangerosité avec son fils, avec sa mémoire, avec son ancienne vie tout simplement. Le sourire faible aux lèvres elle osa enfin parler, car oui il fallait le dire « oser » ce n'était pas toujours que Mika laissait parler les gens a leur bon vouloir. Même si il était d'une nature peu bavarde, et même si ses sourire était toujours faux ou tout juste pour en crée un cher la personne a qui il parler, Mika était bien étrange.

Il écouta attentif les parole de Kaorii, faxant ses lèvres comme hypnotisé, écoutant avec délice cette voix qu'il n'entendait pas assez souvent a son goût. Encore une fois des excuses, toujours des excuses, inlassablement des excuses. Mika en avait marre de ses excuse, lui il n'en voulait pas, de quoi s'excusait telle à la fin ? Elle n'avait rien fait de mal, elle était juste victime de la fatalité. Elle était juste un frêle papillon a qui on avait coupé un bout d'aile mais en aucun cas elle n'était responsable et de ça elle n'avait aucunement besoin de se faire pardonner; et puis Mika n'était pas personne a jugé les autre, lui il observait simplement.

La voix baissa d'intonation, elle était presque inaudible mais la lui percevait très bien, cette voix dont il était tombé amoureux. Cette fille, cette sirène qui l'avait envouté avec son chant de la mort, car une fois que l'on aime on meurt, car une fois que l'on aime seul l'autre compte.

Heureux il l'était avec elle, lui aussi rêvait d'un jour avoir sa propre famille, des enfants qui sais, l'épousait elle, la voir en robe de marier, pouvoir crier haut et fort que cette femme est a lui. La force aussi elle lui en donne, car elle lui donne envi de vivre et non plus de survivre comme il l'avait si souvent fait des années durant. Oui Kaorii ne savait pas combien elle faisait pour lui, combien il l'aimait et combien il serait près à faire pour elle.

Mais la il s'agacé, il s'énervé, il perdait sa patience légendaire le Mika.

Elle le prit dans soudainement dans ses bras alors que les larmes coulaient le long de ses joues pale. Mika ne dit rien, la serrant dans ses bras avec ferveur. Puis il s’éloigna pour la regardé. Il la regarda, son visage était indescriptible. Il l’observa en silence, regardant les larmes coulaient en silence. Que faire maintenant ? C’est avec une douceur infinie, une douceur que ses « victimes », ses élèves qui l’osaient dérangé, une douceur que seule cette femme avait le droit, une douceur nommé amour, il porta sa main à la joue de cet ange. A l’aide de son pouce il gomma toutes ses larmes, la regardant toujours sans un mot.

-Pourquoi pleur tu belle ange ? Es ce parce que le paradis ta manque ? Moi je ne te comprends pas petite rose, pourquoi tant d’effort dit moi ? Pourquoi chercher à se souvenir de se qui t’a tant fait souffrir, et tant blessais ? Après tout tu a bien de la chance d’avoir tout oublié, se n’en est que plus simple pour recommencer a zéro. Bien sur cette idée est égoïste, mais moi j’envi cet oublie…

Il se releva doucement, allant à la fenêtre, regardant le parc, les élèves, la joie sur leur visage, leur innocence, mais aussi leur naïveté. Il les détesté en somme. Il regarda jusqu’au bout de monde. Puis il revint, soupirant de bonheur, il retourna auprès de Kaorii, sans un mot sans un bruit. La regardant. Il déboutonna ses premier bouton il avait chaud. Il souleva doucement le menton de celle-ci pour l’embrassé tendrement, l’allongeant en même temps sur le canapé, la surplombant, recouvrant son corps du siens sans se séparé de ses lèvres.

Il cessa le baiser, la regardant toujours droit dans les yeux, la dévorant du regard. Il posa ensuite ses lèvres sur la nuque si tentatrice de cette nymphe, La manquant comme sienne, a l’aide de baiser papillon il vint lui murmuré a l’oreille.

-Je ne supporte plus tes excuse Kaorii… tu n’es coupable de rien. Je suis heureux quand je te sers dans mes bras, quand je t’embrasse. Mon cœur se remplit de joie, se gonfle de bonheur quand tu me dis vouloir une famille avec moi. J’aimerai pouvoir te toucher si sensiblement, intimement que le faisait cet homme avant mais je sais qu’il est bien trop tôt pour toi.

Il l’embrassa une dernière fois sur les lèvres puis commença a se retiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Jeu 26 Mai - 17:02

Il ne dit rien, il avait vue mes larmes. Il m'avais demander de ne plus me cacher, de ne plus lui mentir. Et je n'eue aucun problème a le faire dans l'immédiat. ces larmes qui veulent couler a longueur de journée. je les libéraient enfin et cela me faisais beaucoup de bien. Malheureusement, je n'allais pas pouvoir pleurer longtemps. Le travail m'attendais puis pleurer plus de vingt minutes pouvait me faire tomber dans les pommes. Oui, j'étais devenue bien fragile et innocente... Je ne pouvais même plus tenir un combat. Mais je voulais y remédier. Oui, je devais devenir plus forte pour tout le monde. Il s'éloigna de moi, cela me fit encore plus pleurer. je ne voulais pas le voir partir. Pas comme l'ancien homme que j'avais aimer et qui avait disparut me laissant seule avec mon fils. Nous laissant seuls avec le danger qui nous guettaient. Oui, je voulais recouvrer la mémoire pour retrouver cette femme! Cette femme qui était la femme de l'homme que j'avais aimer, du père de mon enfant!

Il essuya sagement mes larmes sans aucun bruit. Il me fixais, son regard n'exprimait rien, son visage pareil. Comme je détèstait voir ce visage inexpressive. Il se mit a parler, je l'écouta attentivement. Ce mot! "Zero", je ne voulais plus l'entendre... Ce chiffre, je voulais le rayer! Ce simple nom me faisais souffrir comme personne... Je voulais retrouver le bonheur, quitter l'enfer et revenir au paradis. c'est vrai, le paradis me manque... Je baissa les yeux et lui répondit, pendant qu'il se levait pour aller par la fenêtre.

-Oui, le paradis me manque... Il ne m'a jamais autant manquer qu'aujourd'hui. Je ne veux plus être en enfer. Les ténèbres m'entoure de jour en jour, comprend moi que je veuille retourner dans la lumière. Je veux briller comme tu brille mon chéri... A vrai dire, je t'envie. Je te jalouse car tu fait partie de la lumière, tu es l'ange qui me dirige dans ta voie. Si je me bat autant, c'est pour toi. car je ne pense pas que tu soit tomber amoureux de la fille que je suis aujourd'hui. Tu aime celle qui est vivante, énergique et qui rit a longueur de temps.

je fit une pose pour reprendre mon souffle. Je le fixa, je fixa son dos. je voulais lui répondre clairement, pour qu'il n'es pas a s'inquièter, je voulais le rassurer. Y arrivais-je? je reprise la parole.

-Je ne tiens pas vraiment a me rappeler de mon passé mais j'en ai besoin. J'ai besoin de savoir ce que j'étais, qui étaient mes amis, qui étaient mes ennemis. Enfin, savoir qui j'étais... Même si vous me le dites grâce a vos souvenirs, j'aimerais me retrouver complètement. Avoir la mémoire sceller n'es pas si bénéfique que cela... Croit moi mon amour. C'est une prison infernale, dont tu sait pas quand tu pourra t'en sortir et si se sera le cas un jour...

Mickael revint après vers moi. Silencieux, déboutonnant sa chemise. Il faisait chaud dans son bureau et tant mieux. Je ne voulais pas de froid aujourd'hui. Seulement de la chaleur qui ne me fera pas pensée que je suis seule et abandonnée. Il m'embrassa en m'allongeant sur le canapé. Je ne résista pas et le laissa faire. J'avais une entière confiance en lui. Il n'était pas du genre a abuser d'une fille qui n'allait pas bien. Et c'est l'une des parties que j'aime chez lui! Il est respectueux. Il me fixa, son regard aurait pu être gênant mais j'aimais ces yeux quand il me regardait ainsi. Cela prouvait que j'étais quelque chose de précieux pour lui. Et ce regard me réconfortais souvent. l embrassa ma nuque puis fini par des baisers papillon sur mon cou. Je lui caressa le long du dos en souriant légèrement. Ignorant mes larmes. Je le regarda du coin de l'oeil. Il ne mentait pas, il était heureux avec moi? J'en étais bien rassurée de l'entendre dire. je ne voulais que son bonheur. Si cela est fait, je devais continuer dans ma voie. Voilà ce que je pense! Cet homme? Je souhaitais l'oublier le plus vite possible une fois l'avoir retrouver. Je ne dis rien et laissa planer un silence.

Il m'embrassa puis commença a se retirer. je le fixa et commença a me lever lentement. Une fois mes deux pieds au sol, je me colla contre lui, du moins, contre son dos. Mes larmes avaient a présent sécher. Et je me sentais bien ainsi. Prise d'un mal aise, je tomba au sol mais me retint juste attends... Juste avant de me cogner la tête la première sur le carrelage du bureau... Je m'aggripa au canapé et me mise a rire comme une idiote.

-N'est-ce pas drôle? je suis devenue tellement maladroite!

je posa mon regard sur lui. Mon regard était celui d'un agneau.

-Mon chèr futur époux. je ne souhaite que toi aujourd'hui! Je ne souhaite que ton bonheur. Cet homme que j'avais aimer auparavant, je m'en fiche complètement là ou je te parle. ce qui m'importe, c'est que nous construisions notre famille. C'est vrai que pour le moment, l'intimité serait de trop... mais je vais mieux de jour en jour, alors soit patient. S'il te plaît.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Jeu 26 Mai - 19:55

Après un dernier baiser il se leva, n’en pouvant plus, se détestant de la faire tellement souffrir. Il l’entendit se relevait elle aussi, il senti ses bras autour de lui tout comme il la sentit posé la tête contre son dos. Il ne fit aucun geste tout cela était bien inutile et ce depuis longtemps maintenant… Depuis combien de temps déjà avait-il baissé les bras pour faire avancer les choses ? Il souria amèrement, trop longtemps. Les parole lui revinrent en tête, lui une lumière ? Un être lumineux qui faisait sortir des ténèbres ? C’était un nouveau ça. Lui virait avec ses propre démon, il n’en parler a personne, même Kao ne savait pas et il en était mieux ainsi pour tout le monde.

Elle ne voulait pas non plus retrouvé sa mémoire et pourtant elle disait en avoir besoin. Besoin de quoi ?! Elle l’avait lui à la fin ! Lui était la et l’avait toujours était ! Son passé ! Et bien pourquoi vouloir se souvenir d’une mort difficile ! Pourquoi vouloir revivre sa propre mort ! Son errance seul ! Sa tristesse ! Pourquoi ! Il ne comprenait pas pourquoi, il avait envi d’en hurlait mais encore une fois il ne fit rien, ne bougea pas, resta silencieux, encore… Il senti Kaorii tombait en arrière, le temps de se retourné elle s’était rattrapé au canapé. Elle commença à rire, puis elle le regarda avec des yeux d’agneau. Ne pas la toucher, être compréhensif, calme et attendre, toujours attendre. Vivre dans le fantôme d’une ombre, vivre avec des promesses, il était heureux vraiment, une joie étrange mais bien présente. Il la fit de nouveau s’assoir sur le canapé se mettant de nouveau a genou devant elle.

-Min ange, mon amour…Je suis tombé amoureux de toi certes, mais pas de la personne que tu crois. Oui j’aime te voire sourire, ça illumine ma journée, oui j’aime entendre ton rire si particulier si envoutant, j’aime t’entendre chanter et jouer aussi. Oui j’ai aimé l’ancienne toi, mais ce n’est pas d’elle que je suis tombé amoureux, moi je suis tombé fou amoureux d’une femme douce et fragile. D’une femme qui n’a pas peur de me montrer ses larmes et sa faiblesse. Je suis tombé fou amoureux, me suis engagé dans le chemin qui mène a l’enfer, la route qui nous détruit et nous arrache le cœur. Car oui, cette nuit la j’ai arraché mon cœur pour te l’offrir. Bien sur que je suis triste de te voir si mal, OUI !! Oui je me sens impuissant. J’aimerai vraiment pouvoir être la ! Enerver se saut qui retient tout tes souvenir, mais a quoi bon !!!

Il baissa la tête.

-A QUOI BON Kaorii !!! QUAND TU TE SOUVIENDRAS TU SAIS SE QUI T’ARRIVERA ? MOI JE VAIS TE LE DIRE !!!! TU TE SOUVIENDRAS DE TON FILS, DE SON PERE VOUS LAISSANT SEUL ! TU TE SOUVIENDRAS DE TA MORD ! TU REVIVRAS TOUT ET TU SOUFFRIRAS ENCORE PLUS QUE MAINTENANT !!!!

Il tremble de rage de peur. Il inspira longtemps, évacuant tout se qui retenait, fermant les yeux, se reposant quelque seconde juste quelque seconde.

-Tu sais Koasha, moi je l’ai vu ton ancien toi… Moi je connais la vérité sur toi, je sais se que tu cache… Pourtant je ne dit rien je reste la impassible et je te vois faire semblant. Tu m’as fait juré de rien dire, je respecte ta demande, je ne peux te dire la verité… ô Kaorii, si seulement tu voulais me pardonné, je ne veux pas que tu e souvienne et toi non plus tu ne voulais pas.

Il la regarda de nouveau dans les yeux prenant son visage en coupe.

-Kaorii c’est toi que j’aime et personne d’autre, je n’aime pas plus l’ancienne que la nouvelle je t’aime juste toi.

Il l’embrassa de nouveaux. Il aimer ses lèvres il l’aimer tellement…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Ven 27 Mai - 18:48

Il me regarda, je me rendit compte que je le faisait beaucoup patienter pour un homme... J'avais oublier a quel point il avait grandit et a quel point il était mure. Plus mure que moi-même! Il me remise correctement sur le canapé et se repositionna en face de moi, à genoux. Il se mit a parler, au début il était doux. Doux comme un agneau. Mais vers la fin sa voix avait l'air plus grave, plus secouer. Comme je m'en voulais d'entendre ces paroles sortir de sa bouche. je voulais l'embrasser pour qu'il ne s'énerve pas! Je voulais le serrer dans mes bras pour le réconforter. Il était heureux? Foutaise! Il était malheureux car je l'étais! Je lui caressa la joue mais il baissa la tête. Une pointe fonça droit sur mon coeur. Je serra des dents pour ne pas me remettre a pleurer ou hurler de douleur.

Ces paroles étaient dites avec tellement de puissance, qu'elles étaient plus dur que jamais. Jamais Mickael ne m'avais parler ainsi... Jamais il ne c'était énerver contre moi comme aujourd'hui. Il se mit a trembler, sa réaction me faisait peur. Pourquoi cela me faisait-il si peur? Je me souviens maintenant... Vaan avait trembler avant de se battre avec Zero... Oui... Je m'en souviens! Il ne voulait pas être le père de Zero car il était encore trop faible selon lui... je fixa étrangement Mickael. Ce souvenir était douloureux... Avec ces paroles, tout me revenait. Du moins, les mots clés qu'il avait dit me revenais en mémoire... Mort, Fils, Abandon, ...

Il reprit son souffle et ferma les yeux quelques secondes. Je fixa le plafond pour ne pas hurler de peur... Hurler de dégout! Mon passé était horrible! Mais j'avais besoin de revivre cela pour percer ces mystères... Je ne voulais pas lui en parler et je haïssais parler de ma perte de mémoire car j'en étais la fautive! J'étais trop faible pour ne rien oublier. Voilà pourquoi j'avais sceller ma mémoire! Le pardonner? Lui pardonner quoi? Il n'avait rien a voir dans ce qui m'arrivais ces derniers mois. Lui était l'ange qui me protégeais toujours! Lui était celui qui illuminait mes jours si noirs, si sombre et si seuls. Il n'avais pas a me demander pardon!

Il me regarda dans les yeux en prenent mon visage en coupe. ces paroles étaient de nouveau douce et touchante. Mes yeux retenait les larmes. Oui, des larmes de dégout et de bonheur à la fois! Il m'embrassa et je prolongea son baiser. je le coupa au moment ou je voyais mon coeur s'emballer a une vitesse folle. Je prise donc la parole a ce moment précis en m'éloignant légèrement de son visage.

-Je n'ai rien a te pardonner mon amour. Tu n'a rien fait de mal, tout ce que tu fait est bien. Tu es presque parfait. Tu n'a pas a me demander pardon car je t'accorde ce pardon. Ce pardon que je trouve si inutile car tu es blanc, blanc comme neige! Tu rayonne et tu ne t'en rend même pas compte! Celle qui doit être pardonner, c'est moi et personnes d'autres. Je dois être blâmer. J'ai sceller volontairement ma mémoire par pur égoïsme, par peur... Peur de vous perdre, peur de finir par mettre fin a mes jours de nouveau, peur de vivre éternellement avec ces souvenirs. Oui! Je l'avoue, je fuis! Je suis une trouillarde qui ne se bat pas!

Je détourna mon regard du sien et fixa la porte de son bureau.

-Mais je t'aime Mickael, je t'aime et même si je recouvre la mémoire je ne te quitterait pas. Si j'aimerais encore cet homme, cet homme qui m'a blesser et m'a abandonner avec mon fils, si je l'aimerais encore, je ne serais pas avec toi mon amour! Je veux que tu le sache! Ce que je souhaite aujourd'hui est de venger la mort de mon fils, vivre heureuse avec toi et de créer notre propre famille. Oui, c'est mon souhait le plus précieux au monde! Et personnes ne pourra changer ma façon de pensée!

je me leva et me dirigea a mon tour vers la fenêtre. Je regarda les élèves. J'avais envie de taper! Oui, la violence... je voulais saigner ma main, la taper contre un mur... me libérer de mes chaînes! J'étais devenue violente! J'évitais de le montrer mais j'aimais la violence... J'aimais faire mal aux gens qui en faisait! La violence gratuite était devenu mon nouveau symbole! D'une voix indifférente je fini.

-Je me rappel vaguement de quelques scènes. tes paroles portent des mots clés pour moi. Tes paroles sont la clé de mes souvenirs. Si je reprend du poil de la bête petit à petit de jour en jour, c'est parce que tes mots me suivent. Ils me soutiennent dans ma solitude. Oui, je sais, je suis entourer. Mais je me sens seule... ma tête n'es pas complète et tant que ce ne sera pas le cas, je me sentirais seule. Tu comprend?

Je n'osa même pas me retourner pour lui sourire. Mes paroles... Elles étaient sorti toute seules de ma bouche. Pas besoin de réfléchir pour qu'elles sortent. Je fixa le feuillage du grand cerisier en fleur.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Ven 27 Mai - 20:34

Mika la regarda, il l’écouta parler, mais il n’en penser pas moi. Elle l’énervé a le comparé a un ange. Il n’en était pas un, c’était un tricheur et menteur, un égoïste et un sans gène. Il avait profité de cette faiblesse pour qu’elle oublis, il s’en souvenait. Esther venait de partir quand il les avait trouvés, il s’était précipité sur yeux, Kaorii était en larme inconsolable. Il l’avait vue si mal, la détresse sur son visage était telle qu’elle était morte sous ses yeux, et lui il ne voulait pas il était égoïste et ne voulait pas qu’on lui prenne se qui lui appartenait plus ou moins. Il regarda Kaorii, un sourire aux lèvres, il lui parla d’une issue de secoure, d’un moyen d’oublié sa souffrance et de se sentir mieux. Il se souvient de comment il avait fait en sorte de choisir les souvenir préservé, comment il avait guidé Kaorii se jour la. Il avait profité d’elle et de sa mort. Son visage était maintenant tourné vers la porte… voulait elle le quittait ? Il avait était dur avec elle, il était si égoïste… finalement elle l’aimer, elle voulait juste mourir la petite Kaorii, bien sur c’était si simple de tuer Esther qu’il était bête, bien sur c’était si simple.

Menteuse…

Si elle voulait être heureuse elle ne fera pas ça, elle ne cherchera pas a se souvenir, elle ne cherchera pas a se rappeler. Si elle l’aimait vraiment elle lui dirait ses mots dans les yeux et non pas a la porte. Elle doute la Kaorii jolie, elle a peur de se qu’elle veut. Une famille ? Etrange demande quand on s’avait qu’il ne la toucher pas plus que ses baisers. Lui voulait des enfants voulait montrait la vie, monter a ses âme innocentes que la vie est belle, que la solitude n’est pas normal, que le sang n’est pas normal, que la douleur n’est pas normal.

Il la laissa se levé, allant jusqu'à la fenêtre, l’observant de dos. Observant ses longs cheveux tombés sur ses hanches, son regard perdu dans la foule. Il ne dit rien les mots était inutile ils le savaient tout les deux, et se qui se passé la, tout ça était du a des semaines, des mois de silence, de non dit. Il la laissa parler, bien sur qu’il était la clef, car après tout c’est lui qui l’avait aidé a s’enfermé. Elle allait mieux ? Bonne blague, jours après jours elle sombré a ses yeux, par contre elle s’amélioré dans son métier d’actrice. Non tout se qu’elle disait était faux. Es ce qu’il la comprenait ? Peut-on vraiment comprendre les autre réellement les comprendre, ressentir se qu’il ressente ? Non, bien sur que non. Oui lui avait connu une immense solitude, la connaissait toujours par moment, mais en aucun qu’a il ne pouvait la comprendre, savoir se que c’était que de perdre la chair de sa chair le sang de son sang. Il l’observa en silence, puis las de tout ça il se releva. Marchant dans la pièce ô miraculeusement vide. Il marcha vers sa chaine stéréo, ne l’alluma pas. Il ouvrit la boite de bonbon pour en sortir un paquet de cigarette et s’en alluma une. Il en avait bien besoin a, que Kao l’apprenne ne l’embêtait pas aujourd’hui, surtout qu’il allait dire des choses dur, il venait de prendre une grande décision, et pour cela il allait de nouveau la blesser. Il tira plusieurs fois sur celle-ci avant de s’avancer vers Kaorii et de la prendre dans ses bras.

-écoute moi Kaorii, tout cela n’est plus possible, je dois prendre une décision pour le bien de tous. Si nous continuons à fermer les yeux une minute de plus se ne sera plus possible. C’est pourquoi…

Il soupira, comment lui dire ça ? Comment lui dire qu’il ne voulait plus d’elle, qu’il ne pouvait plus la voir ici ? Qu’il en avait marre ?

-Koasha, tu es viré… Tu n’es désormais plus la directrice tant que tu ne seras pas remise ; il tira sur sa cigarette ; tu ne seras que le professeur de chant, tu te reposeras, je ne veux plus te voir dans ses bureau, je suis capable de mettre des sort, tu pourras venir me voir et me tenir compagnie mais tu ne travaille plus ici tant que tu seras dans se gouffre. Je sais… je sais que je n’ai pas le droit de te faire ça, mais je t’aime, et je ne veux pas te voir faire ça, plonger dans le travaille comme une drogue pour ne plus penser… Je veux juste te voir sereine, pas souriante ! Non, car peux être que tu ne souriras plus jamais comme avant et ce n’est pas grave. Non je souhaite te voir en paix avec toi-même. Il y a des choses que je te cache, des choses que je cache pour des raisons importante, j’étais la se soir la, je sais que tu t’es toi-même effacer la mémoire, mais je sais aussi pourquoi. Je sais que tu écrivais un journal, je me suis même moqué de toi a une de nos réunion quand Seika l’a trouvé. Je ne suis certes pas ton passé, je suis peu être un avenir incertain mais je suis belle est bien ton présent. Je suis bien la en se moment, c'est bien moi qui te serre dans mes bras, qui embrasse ton cou.

La cigarette se consommé seule. Lui la gardait dans ses bras, le visage enfouit dans son cou, respirant son odeur. Il cachait tellement, mais c’était comme ça quand on a toujours vécu seul et que l’on a toujours eux peur des autres. La cigarette lui brula la main avant de tomber au sol mais il en avait guère, il resta dans cette position, respirant sans un mot. Il avait besoin de souffler, il ne parler jamais et la il ne cessé de parler il était fatigué de tant de parole, surtout que maintenant il serait directeur remplaçant. Même si Kaorii essayera de l’en dissuadé il le ferait, quitte a mettre des sort.

-Je t’aime tellement…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Lun 30 Mai - 15:46

Le silence de Mickaël commençait a devenir pesant. Je me retourna et vit qu'il prenait une cigarette dans une boîte a bonbons près de sa chaine hi-fi. La surprise fut tellement grande que je ne réagit pas de suite. Je le fixa comme une bête curieuse, car en ce moment même, s'en était une pour moi. Fumer... A son âge? Même si il avait vieillit et grandit, je ne voulais pas le voir se tuer la santé avec des cigarettes. Même si je n'étais pas le bon exemple vue que je fumais moi-même... Je l'aimais et tout ce que je souhaitais, c'était qu'il soit en bonne santé. Démon ou pas, Ange ou pas, sa santé était en jeux tout de même!

Après avoir tirer quelques lattes, il vint à moi en me prenant dans ces bras. Je ne broncha pas, ne bougea même pas le petit doigt! J'étais comme un piquet inutile planter sur le sol de son bureau. Comme un statut qu'il ne pourra jamais bouger. Je n'aimais pas le début de ces paroles, et la pause au "pourquoi" n'était pas rassurant du moins du monde! Il ne m'aimais plus? Il ne voulait plus jamais de moi? Il voulait que je disparaisse de la surface de cette terre? Que voulait-il? Va falloir que je montre un peu de patience. Ma patience, comment sera t elle récompenser cette fois-ci? Allez savoir!

Son soupire, je le senti dans mon cou mais ne bougea toujours pas, en attente de sa décision. Qu'elle décision avait-il prise? Pourquoi parle t il du bien de tous dans un moment intime? Le mot "viré" était comme une pointe dans mon coeur. Son mot venait de m'achever. J'écarquilla les yeux et resta muette. Je ne pouvais plus sortir un seul mot. Ma gorges me faisait mal, je manquais d'air. je m'écarta de lui a la fin de ces paroles, d'un seul coup. Le repoussant violement. Je n'étais pas d'accord! Mickaël, tsuyuki, yuri et le pensionnat était tout ce qui me restais! Il n'avait pas le droit de me retirer le peu de bonheur qui me restais. J'avais les larmes aux yeux, oui, je l'avoue. Je voulais le frapper! Mais je me retint. Je frappa le mur a la place de lui mettre mon poing en pleine figure. Mon regard devant vide e nouveau, vide comme jamais il ne l'a été. La première fois que j'eue un regard aussi livide était a la mort de mon enfant. Je baissa la tête et me retourna de nouveau vers lui. Je n'osais pas le regarder.

-Si tu m'aime, pourquoi me retirer mon bonheur? Si je travaille autant c'est parce que j'aime cet établissement, je l'aime! J'y consacre mon éternité pour que les personnes comme nous si sente bien, sente que leur maison est ici et nulle part ailleurs! Si je travail tellement, c'est pour les rendre heureux. Certes sa m'aide a oublier mais si je travail autant ce n'est pas pour une raison si personnel! C'est par amour, par amour pour nos élèves et nos camarades. Pour la mémoire de celui qui a consacrer sa vie entière pour nous recceuillir! Ce n'est pas seulement par pur égoïsme!

Je laissa mes larmes s'échapper. J'en avais marre de toujours me retenir! Oui, pour une fois depuis un an je voulais dire ce que je pense! Pour une fois depuis sa mort, je voulais parler de mon amour secret pour Residential Strange! Je repris ma respiration puis leva ma tête vers lui. Je n'avais plus honte de pleurer, je n'avais plus honte de hurler, je n'avais plus honte de rien!

-Tu fume depuis quand? Que me cache-tu encore? Si je vais mal et que je dois suspendre mon activité, explique moi au moins la vrai raison! Dit moi pourquoi une telle décision! Ce n'est pas la seule raison, n'est ce pas?

Je m'approcha de lui et l'embrassa le plus violement possible. je voulais lui faire mal mais lui montrer a quel point je l'aimait également! J'aggripa ces cheveux et les serrèrent le plus fort possible. Je colla mon front contre le sien et tenta d'arrêter de pleurer. Je lâcha prise et alla a la fenêtre pour m'en fumer une également.

-Que veut tu que je fasse a part mes cours? Que croit tu que je vais faire toute la journée seule? Me balader en ville tous les jours? Faire de nouvelle rencontre? Cela ne m'interesse guère Mickaël! Ce que je veux c'est être avec toi! faire mon travaille, rigoler en lisant les papiers. Voilà ce que je veux! Mais si tu pense réellement que cela est pour mon bien. Et, seulement pour cette raison, alors je ne dirais plus rien sur ton jugement!

J'ouvra une fenêtre et commença a fumer ma cigarette en attente d'une réponse de sa part.

-Moi aussi je t'aime.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mer 1 Juin - 17:03

Après ses derniers mots Mika ferma les yeux, un sourire mutin aux lèvres. Il commença à compter …

5…4…3…2…1…

Comme il l’avait prévu, Kaorii s’éloigna de lui violement, elle le poussa de toutes ses maigres forces ce qui le fit se reculer au bureau. S’appuyant sur celui-ci il la regarda frappé le mur sans quittait se sourire idiot. Il vit le regard de Kaorii se vidait peu à peu, mais lui garda son sourire, maintenant il n’y avait plus de marche arrière, c’était le tout pour le tout. Il se demanda alors la question fatidique, par quoi allait-elle commencer ? La clope ou le fait qu’il veule la viré ? Il l’écouta sagement, enfin d’une oreille, serrant les dents quand elle parla de « celui qui a consacré sa vie entière pour nous recueillir », cet homme ne l’avait pas fait sans raison et Mika le savait. Mais il ne dit rien la regardant sans un mot dire. Et de nouveau … Elle pleure la Kaorii jolie, elle est triste du méchant Mika qui ne sais que la blessée, et elle pleur la petite fleur devant se monstre qui joue avec elle comme avec un jouer. Elle affronte son regard, lui ne bouge toujours pas, le sourire toujours aux lèvres, le regard fière de lui, et elle hurle la fleur. La question de la cigarette avant la question du licenciement, il s’en serait doutait le Mika il la connaissait bien maintenant.
Il écouta la fin de sous discourt, la regardant lui tourné le dos avant de lui dire de nouveaux qu’elle l’aimait.

Marre il en avait marre.

Il se leva d’un coup, la retournant de force et la collant au mur, tenant ses main au dessus de sa tête a l’aide de ça main droite. Son sourire toujours présent, son regard terrifiant il la fixa un moment.

-Mon sang est bon n’es ce pas Kaorii jolie ? Le sang est si bon, il a un gout bien particulier et est unique à la personne a qui tu le bois. J’aime le sang tu le sais ça ? Non bien sur que non tu ne le sais pas ! Hein Kaorii mimi tu ne sais pas que mes main son couvertes de sang ! Qu’es que je te cache ! Mon passé bien sur ! Que crois-tu Kaorii ! Oui qui ici connait mon passé ! Je n’ai même pas de dossier je ne suis rien et personne ! Que connait-on vraiment sur moi, tu veux savoir !!! Tu veux que je te le dise Kaorii jolie ! Je vais te le dire, pourquoi crois tu que les élève ont si peur de venir dans mon bureau, pourquoi crois tu que même les démons n’ose pas m’affronté ! À ton avis ! Sais tu que tu es privilégier ! Non bien sur que non, tu ne sais pas que tu es la rare personne a qui je suis si gentil, tu es la seule avec qui je garde patience, la seule à qui je dis des choses si belles ! Oui Kaorii ! Je te cache des choses, je te cache le sang, je te cache cette parti de moi qui me donne envie de vomir, cette parti qui hurle en moi et qui ne cesse de grandir. Quand j’étais petit elle était la aussi cette parti mais je ne pensais pas alors se que je trouvé méchant et sadique n’était rien comparait a aujourd’hui ! Des démons on priait on supplié pour que j’arrête !!!

Il lâcha Kaorii et s’éloigna d’elle, regardant se bureau vide.

-tu te moque de moi et de se que je peu ressentir ! Tu dis aller bien, mais si tu aime tellement ton école dit moi pourquoi ! Pourquoi ton regard et si vide ! Pourquoi il n’y a pas cette flamme de détermination ! Pourquoi pleure tu si tu tiens vraiment a continué ! Je n’ai jamais dit que tu n’aimais pas cette école, je n’ai jamais dit que tu étais égoïste mais que tu étais malade ! MALADE MERDE ! A l’instant encore tu as manqué de faire un malaise et tu appelle ça rien ! Te fou pas de moi !! Je sais que tu ne va pas bien ! Oui !! Oui sort, donne plus de court, occupe toi repose toi ! Mais à la fin tu reviendras toujours !!! Ce n’est pas un adieu c’est juste une pause pour mieux revenir !

Il avait envi de pleurer mais sa fierté le retint.

-Tu dis m’aimer tu sais me dire ses mot Koasha, pourtant tu ne me regarde jamais quand tu dis ça, tu regard toujours ailleurs. Alors j’ail le droit de me demandé si tu m’aime vraiment, si je ne suis pas juste un soutient et que tu partiras une fois guéri. Tu dis aller bien, mais c’est bien moi qui chaque nuit le réveille dans des draps trempaient de tes larmes ! C’est moi qui tous les matins vois ton teint pale ! C’est moi qui me demande si je suis quelqu’un, je me dis chaque jours j’ai de la chance d’avoir une femme pareil a mes coté ! Je ne veux que ton bonheur Kaorii, même si pour cela je dois faire des choses que je ne souhaite pas, même aller au delà de la mort pour toi, pour que tu redeviennes toi-même que tu sois sereine.

Il s’allongea sur le canapé, un bras masquant son visage.

-Pour la cigarette c’est Seika qui me la offert avant son départ depuis je fume de temps a autre car je me sens calme comme ça, je repense a mes moment auprès de Seika a nos fou rire et a nos discussion, je respire juste calmement, c’est ça mon truc… Oui moi aussi je suis seul, mais moi comparait a toi personne ne le sais, et je ne veux de l’aide de personne...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mer 1 Juin - 21:15

Il se leva d'un seul coup, je n'eue pas le temps de me retourner pour lui faire face? J'étais tellement plongée dans ma haine et ma tristesse que je ne faisais plus attention a rien. Il me retourna face à lui avec force, et me tien mes poignée d'une seul main. Il serait tellement fort que mes os grinçaient, la douleur me faisais fermer légèrement l'oeil utilisable. Je fixa sa bouche, il affichait un sourire. Pourquoi souriait-il? Le fait de me voir souffrir lui plaisait-il tant que cela? Non! Bien sure que non, sinon, il ne me soutiendrais pas ainsi. Alors pourquoi ce sourire et ce regard? Ce regard terrifiant poser sur moi. Je ne reconnaissais plus mon Mickael. Ce n'était plus l'homme que j'aime!

Le sang? Pourquoi me parler de sang? Je ne comprenais plus rien a notre conversation, ma tête tournait. Je n'allais pas tenir encore longtemps... J'étais devenue aussi fragile qu'une fleur. Laisser court a mes émotions était une mauvaise idée! J'aurais du tout retenir, comme je le faisais chaque jour. J'aurais du cacher ce que je ressentais. Je n'aurais rien du lui dire. Oui, quitte a l'énerver. Je n'aurais rien du lui avouer, rien du lui dire, tout lui cacher! J'aurais du continuer a faire la femme heureuse, celle qui viens travailler tous les jours, comme ci tout allait bien. Suivre le cour de la vie. Cela m'apprendra a m'ouvrir! Voilà la clé de tout mes soucis! Je devais être assez forte pour ne plus m'ouvrir, pour ne plus jamais pleurer, pour ne plus jamais trembler, pour rendre heureux Mickaël!

A la fin de ces paroles, il me lâcha enfin, ce moment avait durer tellement longtemps pour moi... ces yeux poser sur moi m'étais inconnu... Je tremblais comme une feuille, une feuille nue qui avait perdue son arbre. J'avais froid... Mes poignets étaient rouge... Rouge vif, comme ci ils saignaient. Pourtant, je ne saignais pas! Du moins, pas mes poignets... Seulement mon coeur criait, appelait à l'aide... Je n'osa même plus fixer son dos. Je fixais ce qu'il fixait. Je ne pouvais plus ouvrir la bouche, j'étais terrifier. Terrifier a l'idée d'avoir perdue l'homme que j'aime, terrifier a l'idée de ne plus jamais le revoir... Et si il partait comme l'homme que j'avais aimer? Et si il me quittais sans me dire au revoir? Que ferais-je? Que deviendrais-je? Je ne pourrais pas le supporter!! Mickaël était devenu tellement pour moi que l'idée de le perdre me faisais plus mal que l'idée de savoir mon fils mort... De savoir que mon fils était mort par ma faute, dans mes bras! Je voulais le rattraper, le serrer dans mes bras. Lui dire ce que je ressentais au plus profond de moi pour lui. Mais impossible! Oui, j'avais trop peur. Peur de la réalité! Si il s'avérait qu'il ne voulait plus de moi, je ne pourrais plus rien faire... Plus sortir, plus voir la lumière. La lumière me rappelerais ces sourires, son visage radieux... Je resterais dans les ténèbres avec ce regard dur et sévère poser sur moi... Sur mon visage...

Savoir qu'il s'inquietait autant pour moi me rendais malade. Malade a en mourir. Je savais que je le faisait souffrir, mais pas a ce point. Je pensait que je le rendait un minimum heureux... Mais je me mentais a moi-même. Oui, j'avais battue les records... Je réussissais a me persuader toute seule de ce bonheur imaginaire. Une pure imagination de ma part. Je pensais que notre couple était solide, que nous partagions nos sentiments, qu'il comprenait ce que j'éprouvais pour lui... Non! Ce n'était pas de la compassion, c'était de l'amour pure et simple! Je pensais bien lui exprimer mais je me trompais... Je foutait tout en l'air, dés que je touchais un peu de bonheur, je le rendait noir... Je l'avait rendu bien malheureux le petit Micka... Bien triste, il devait se sentir bien seul en ma compagnie... Seika, son amant devait bien lui manquer... Je n'étais même pas fichue de lui donner mon corps! Je n'étais pas fichu de lui montrer mes vraies sentiments... J'étais juste bonne a faire le mal autour de moi. Pourquoi l'air c'était changer en ténèbre? J'avais la réponse. J'étais ténèbreuse et mon pouvoir avait suivi mon coeur... Voilà pourquoi mon pouvoir avait changer. Voilà pourquoi l'eau s'entendait si bien avec cette noirceur...

Depuis que je n'étais plus moi-même, je détruisais tout! TOUT! Il alla sur le canapé et s'ouvrit a son tour a moi. Je savais qu'il aimait Seika mais a ce point, a vrai dire, je ne le pensais pas. Je baissa la tête et m'assise en boule contre le mur. Je l'écouta mais ne dis rien. Je ne voulais plus parler, plus le blesser, plus me plaindre. Malade? Oui je l'étais! J'étais dans une spirale infernale, et vue que j'étais si froide avec les gens que j'aimais je ne pense pas en sortir un jour. J'étais un esprit mais j'aurais du renaître en démon! Je regarda les nuages flotter. Je ne pouvais pas voir l'homme de ma vie ainsi, cachant sa tristesse... La tristesse que je lui infligeait. Je ne pouvais pas non plus entendre ce prénom... J'étais jalouse de Seika! Oui, Mickaël était à moi.. Je ne voulais pas le partager avec cet homme! Ce démon! c'est vrai que Seika est un homme généreux mais pourrais-je un jour lui arriver a la cheville? Arriverais-je a l'effacer du coeur de Mickaël? Je ferma les yeux et serra des dents. Je me leva d'un seul coup et me dirigea droit vers lui. Lui retira son bras de son visage et l'embrassa avec passion.

Comment lui faire comprendre ce que je ressentais pour lui? Les mots? Il ni croyait plus... Je m'allongea sur lui et le serra aussi fort que je le pouvais contre moi. Sans réfléchir je me mise a lui parler.

-Tu es à moi Mickaël! Je ne te partagerait pas! Jusqu'à ce que tu me jette! Je ne veux pas que tu parle de cet homme que tu aime devant moi... Je suis jalouse de ce que tu a partager avec lui. Je ne supporte pas son prénom... Même si tu croit que je ne t'aime pas, je t'aime! Et sa, tu ni pourra rien contre! Oui, je suis malade, oui j'aime cette école. Même si je pleure, même si ici se trouve des souvenirs qui m'ont blesser, je ne veux pas la quitter. Ni elle, ni toi!

Je releva mon visage et le fixa dans les yeux. Je voulais qu'il me croit. Je voulais qu'il est foi en moi, en moi et cet amour pour lui.

-Je t'aime TOI! TOI ET PERSONNES D'AUTRES! Quand le comprendra-tu? Que faut-il que je fasse pour que tu me crois sur parole? Dit le moi! Je n'arrive pas toute seule, je ne peux pas y arriver si tu me guide pas vers toi... Même si tes mains sont souillés, les miennes le sont aussi! Même si ton coeur est ailleurs, le miens est là! là, pour toi! vers toi! Même si tes yeux me fixe ainsi, même si ta haine viens vers moi. Je soutiendrais ton regard! Et ce, jusque ma mort! Si j'essaie de tenir le coup, c'est pour toi! Toi et ma soeur! Parce que vous êtes ma famille, ma seule famille! Je donnerais tout pour vous, tout! Et si tu me demande de renoncer a retrouver la mémoire. Même si j'aurais du mal, je le ferais car je ne veux te perdre pour rien au monde! Même si la nuit je pleure, même si je suis pâle au réveille. Si je tiens aujourd'hui, c'est parce que tu es là. Tous les jours a mon réveiller, tous les soirs avant de dormir, toute la journée dans mes pensées!

Je serra encore une fois des dents et me releva de lui. Je retourna devant la fenêtre. Je ne fixa pas les élèves. Je me mise a ouvrir la fenêtre et m'assise sur le rebord. je ne le fuyait pas, j'avais peur de sa réaction... Peur de ces paroles. Peur de savoir ces réels sentiments...



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mer 1 Juin - 21:41

Hein … ? Mika regarda Kaorii s’approcher de lui, lui parler. Il la voyait serré les dents en parlant de cet homme qu’il aimait ? D’où il aimait un homme ? Il n’avait jamais aimé un homme et encore moi coucher avec un homme ou même une femme, alors pourquoi cette jalousie ?

Emu…

Il était ému par ses parole, il y croyait, il savait qu’elle disait vrai, il la croyait elle. Bien sur il ne voulait pas qu’elle renonce a ça quête, vouloir savoir est normal, se souvenir l’est encore plus. Il se releva et parti s’assoir sur la fenêtre. Mika ne put se retenir plus longtemps et éclata de rire. Il ria a gorges déployer, il ria sans se cacher, les larmes coulant sur ses joue. Il ria d’un rire enfantin. D’un rire innocent mais surtout de cette absurdité. Comment pouvait-elle croire ça ??? C’en était trop drôle.

Il se releva difficilement, essayant de calmé son fou rire, prenant cet ange dans ses bras, cachant son visage dans son cou, continuant à rire encore et toujours.

-Koasha je ne sais pas ce que tu t’es imaginé mais entre Seika est moi il n’y a et n’y aurai jamais rien eut. Seika a était mon seul ami, bien sur nous entretenions une amitié bizard mais jamais je ne l’ai aimais comme je t’aime. Seika était un ami, un confident et mon pire ennemie. Nous passions notre temps à nous cherché pour rire ensuite. Je ne vois pas pourquoi tu crois que j’aime cet homme, e puis je tiens à dire je suis toujours vierge de mon coté, de TOUT les coté.

Il ria encore un peux c’était trop drôle.

-Tu es trop quand tu es jalouse Kao mimi. Il n’y a et n’y aura que toi dans mon cœur tu devrais le savoir depuis le temps. Je veux que tu retrouve la mémoire, mais s’il te plait, fait passé ton rôle de professeur avant ton rôle de directeur, je peux m’occupé des papiers, repose toi, va a la rencontre des autre, crée toi de nouveau souvenir. Tu n’es pas obligé d’être la directrice pour aidé cette école et ses élèves, et tu le sais très bien, c’est pour cela que je t’aime, tu es quelqu’un de déterminé qui des qui a une idée en tête fait tout pour la réalisé.

Il y a des hauts et des bas quand on s’aime, il y a les moments heureux et les moments de grande tristesse. Il y a ce couple qui sans un mot se comprend, il y a ce couple qui avec tout les mots du monde ne se comprend pas et il y a eux. Eux c’est se couple dont les paroles ne sont plus nécessaire, eux qui a besoin de temps a autre de parole. Il y a eux qui s’aiment et aime des centaines de gens. Il y a eux et le monde, mais il y a surtout elle pour lui.

-Tu sais Kao…

Il murmura ses paroles.

-…Je n’ai jamais reçu d’amour, je n’ai jamais su ce que le mot voulait dire réellement. Tu es la seule personne qui m’évoque se mot, se sentiment, tu es celle qui a fait naitre en moi l’amour, toi et personne d’autre crois moi.

Sur ses mots il embrassa ses épaule avant d’embrassé son cou, puis son front, ses paupières, et enfin gouter le fruit défendu, ses lèvres si douces au gout de cerise.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Ven 3 Juin - 14:57

Il me rejoigna à la fenêtre et éclate de rire. Je tourna la tête d'un coup vers lui, ettoner de ce changement d'humeur. Qu'avais-je dis qui le faisait rire. J'aimerais bien le savoir! Il pleurait en même temps. Il pleurait de tristesse ou a force de rire ainsi? Je ne le savais pas... Je tenta de comprendre mais rien ni faisait! Il se releva tout doucement en tentent d'arrêter de rire. Je le regarda dans les yeux pour tenter de comprendre mais rien non plus. Il me prise dans ces bras, ce qui me rassura. Mon coeur bat la chamade, comme lors de notre premier câlin. Il cacha son visage dans mon cou en continuant de rire. Je voulais rire avec lui mais je ne savais pas pourquoi il riait donc je ne ria pas. Je cherchais toujours et encore a comprendre ce comportement.

Il se mit alors a parler, il parla enfin! A ces parole je me mise a rougir de honte. Je ne savais pas ou me mettre, comme j'avais été stupide. Il faisait bien de rire de moi, oui, je ne lui en voulait pas pour le moins du monde! J'avais été stupide et jalouse pour une relation qui n'avait jamais exister!

Ces autres paroles me toucha tellement que je pleurais de joie silencieusement. Oui, c'est ce que je voulais entendre. Oui, je l'aimait et l'aimerait toujours! Non, ce n'est pas le premier mais se sera la dernier! Il continua de parler, je l'écouta attentivement. Mon coeur qui avait été si longtemps froid et mort. Il reprit vie petit à petit, plus je passais de temps avec lui, plus je me retrouvais! Il fini par murmurer ces derniers mots. Il m'embrasse a partir du cou jusqu'à arriver a mes lèvres. Je prolongea aussi longtemps que possible son doux baiser. Je lui caressa le dos en même temps avant de lui murmurer à l'oreille.

-Je suis heureuse Mickaël, depuis que tu es venu me chercher ce soir là. Je suis heureuse, je me sens bien. Cela fait maintenant un an que j'attendais de me retrouver et grâce à toi, aujourd'hui je me retrouve. Je retrouve une partie de moi-même. Je touche du doigt le bonheur après ces jours si sombre. Je suis sure que je vais me remettre vite. Plus vite que ces derniers temps. Je vais arrêter de pleurer la nuit en me sentent seule car je serais que tu sera a mes cotés pour toujours. J serais être heureuse et être une femme parfaite pour toi! Oui, je veux redevenir celle que j'étais, oui, je veux te rendre heureux et j'y donnerais la force qu'il me reste si il le faut! Car tu es plus important que le reste mon chéri.

Je m'écarta légèrement pour le regarder et lui offrir un vrai sourire. Sans arrière pensée, ni d'ombre sur mon visage. Mon visage était de nouveau illuminé, radieux. Et j'en étais heureuse! Heureuse d'être rester ici, même si il avait fallut un an de malheur. Aujourd'hui, je m'en sortais magnifiquement bien! Je lui prit la main et l'embrassa de nouveau, moins sauvagement, plus gentiment. Je me colla à lui en lui caressant les joues.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Sam 4 Juin - 9:24

Les lèvres de Kaorii… Mika aimait les embrasser, c’était gouter au paradis un petit peu plus a chaque fois. Il aimait leur douceur, leur senteur et leur gout. Il aimait jouer avec la langue de sa bien aimer, il aimé lui caresser les hanche. Il l’aimait tout simplement. Il adorait passé ses mains dans ses longs cheveux en continuant son baiser. Il aimait l’embrassé, il aimé le fait d’embrassé quelqu’un certes, mais embrassé Kaorii était pour lui le septième ciel. Il ne voulait pas rompre se baiser enflammé, il ne voulait pas se séparé d’elle, il ne voulait pas stopper cet amour naissant. Il avait envie de gouter a la chair de Kaorii, de lui faire l’amour, de devenir enfin un homme mais même si son désire était grand il ne fit rien pour le faire comprendre. Il aimait Kaorii et ce n’était pas aujourd’hui il la toucherait. Il ne pouvait s’empêcher de respiré son odeur, d’entrelacer ses doigts au sien. Mais comme tout a une fin, ce baiser infini en a aussi une.

Le souffle de Kaorii su sa peau, son souffle chaud qui le brule. Sa vois faible et pourtant plein de velours, et ces mots, et ses phrase, et elle tout simplement. Oui elle l’aime il le sait, oui il sait qu’il l’a sauvé, et se souffle si présent qui la fait frissonné. Se souffle qui le réchauffe de tout son être. Et Kaorii parle encore et toujours, elle lui conte son amour, elle lui sourit la Kao-jolie, un sourire qui avait bien longtemps disparue. Un sourire nommé bonheur, un sourire qui donne envie de rire, un sourire qui donne envi de vivre simplement. Un sourire de Kaorii c’est un sourire qui vous transporte au bout du monde. Oui Mika est juste heureux en se moment. Alors qu’il repense que quelque instant avant ils étaient en colère puis jaloux, la ils ne sont qu’eux deux, seuls et heureux.

La main de Kaorii est chaude, il sent son cœur battre fort dans sa poitrine à lui en faire mal. Et à nouveau se gout de paradis, un baiser amour qui n’existe que chez ceux qui sont lier, un baiser que l’on ne veut finir, un baiser pour l’éternité. Le corps de Kaorii a l’air tellement fragile dans ses bras, tellement frêle et pourtant il le connait bien se corps. Et sa main sur sa joue, cette caresse innommable, tentatrice qui devient suppliasse. Tentatrice, diablesse à l’allure angélique.

Mika la soulève, l’amenant dans le canapé ou il ne peut que l’embrasser dans le cou. Il a envi d’elle, mais il se retient et se retiendra longtemps il le sait mais quand on aime sa ne compte pas. Il n’a pas lâché sa main de tout le trajet, il la garde bien serrait dans la sienne. Elle lui appartient désormais. Finalement c’est trop dur, il pose sa tête sur le torse de sa bien aimée.

- Dis-moi Kaorii comment fais-tu ? Comment fais tu pour me faire perdre tout mes moyen ? Quand je suis a tes coté je n’arrive plus a me contrôlé. Je perds le contrôle des mes différent gène, moi qui suis l’un des plus grand sage je ne réussi pas à l’être avec toi, ma parti ange ne peux que se réveillé a tes coté, mon coté démon également ne peu s’empêcher de me susurré des choses a l’oreille, des choses qui me donne envi, je ne peux m’empêcher d’être jaloux et inquiet pour toi. Tu es tout le temps dans ma tête, comme a tu fais ? Comment a tu fais pour me rendre tellement dépendant ?

Il ferme les yeux le petit Mika, il est un peu fatigué de cette mâtiné ô combien forte en émotions, Kaorii aussi doit l’être. Mais Mika n’a pas fini sa conversation, Mika veux une réponse, il veut savoir comme se passera la suite.

-Alors Kao… Que va tu faire pour le travaille ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Jeu 9 Juin - 12:45

Il me souleva et m'amena sur le canapé en embrassant mon cou. Il serra un peu plus sa main qui entrelaçait la mienne. J'aimais quand il forçait, c'était peut-être maso pour certaines personnes mais pour moi c'est un signe d'affection. Oui, j'aimais tellement le sentir de presser contre moi. Cela me rassurais, j'étais comme dans une autre dimension avec lui a mes cotés. Je devenais l'ange que j'avais toujours rêver d'être, je devenais celle que j'enviais, celle que je n'aurais jamais cru un jour! Tout cela grâce a cet homme. Même si il es plus jeune que moi, et je le conçois, je l'aime! Rien ni personnes ne pourra changer mes pensées et briser notre couple. Il était fragile mais puissant à la fois. Si il était si fragile c'est parce qu'on ne se parlaient pas assez comme on venaient de le faire, il y a quelques minutes. Je le savais mais je n'osais pas lui dire quand sa allait mal. A vrai dire, je n'avais pas besoin de parler pour qu'il le sache tout seul. Notre relation est unique, notre lien est si grand que parfois, j'en avais peur. Peur qu'il se brise du jour au lendemain. Oui, je suis craintif et je n'ai rien d'acquis. Personnes ne peut avoir des choses d'acquises après tout... Plus on pense l'avoir, plus on a de chance de le perdre!

Voilà pourquoi je pensais si sombrement à présent. Depuis le départ de Vaan et la mort de mon fils... Moi qui les pensaient éternelles!

Il posa sa tête sur mon torse, j'en profita pour lui caresser sa chevelure. Elle est tellement fine et soyeuse. Tel du satin! C'était tellement agréable au toucher comme à la vue et a l'odorat. Après ces questions qui m'étais déstiner, il ferma les yeux. Je souris chaleureusement en l'observant.

-Je n'ai rien faite de spécial. A vrai dire, je me demande même pourquoi je n'ai pas ouverte les yeux plus tôt, cela m'aurais éviter tant de souffrances. Si je m'étais mise avec toi avant ma rencontre avec lui, peut-être que ce si n'aurait jamais exister. Je dois bien avouer avoir de la chance. Peu de gens ont autant que de chance que moi. Et j'en suis ravie! Même si tu pense ne plus être le grand sage a mes cotés, moi je trouve que tu le reste toujours. Et cela te va comme un gant! Tu fait tellement plus mature que moi Mickaël, tellement plus adulte que j'ai plus de complexe que tu ne doit en avoir a mes cotés.

Je lui leva le menton et l'embrassa de nouveau. Je ne voulais plus voir des larmes sur son visage. Seulement son sourire si parfait et si craquant. Je voulais vivre l'éternité auprès de lui. Si un jour, on réussit a me tuer, je souhaite être morte de ces propres mains. Lui seul a le droit de décider de la fin de ma vie ou non. Un jour, je lui avouerait, quand j'aurais recouvrer ma mémoire. Quand je serais complète! Seulement a ce moment là, je pourrais lui ouvrir correctement mon coeur. Pour le moment, je n'en étais pas capable. Je me mise a lui caresser le cou inconsciement, comme ci j'allais planter mes crocs dans son cou lisse et parfait. A vrai dire, j'avais une envie folle de le faire. On appel cela la "folie", non? Ma folie devenait fiévreuse. J'avais tellement envie de gouter a son sang... Pourquoi étais-je ainsi? Ce n'était pas dans mes habitudes d'avoir envie de sang a ce point... Je ne me comprenais plus, en souhaitant qu'il ne remarque pas ma "soif" soudaine!



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•

avatar

Ezreal Mc'Rictim
Co-Fondateur - Directeur Adjoint •/ Ange & Démon /•


Messages : 151
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 23


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mar 21 Juin - 9:40

Ecoutait Kaorii était toujours pour lui un plaisir, l’entendre, sentir son souffle, mais surtout écoutait les parole les son roulaient sous sa langue, elle ne parlait jamais Kaorii, elle chantait toujours aux yeux de Mika. C’était toujours avec une immense douceur qu’elle s’adressait a lui, comme de peur de l’effrayé, comme si il allait partir du jour au lendemain. Il aimait la voix de cette femme, de cette muse qui était la sienne, combien te dessin et tableau il avait fait d’elle et qui lui cachait ? Combien de croquis inachevé ? Trop a son gout. Et les main de Kaorii dans sa chevelure, et les main de Kaorii sur sa peau, et son corps qui bat a l’unisson du sien, et Mika qui ne l’aime plus, et Mika qui n’est plus vivant, et Mika qui ne veux qu’elle, Mika qui se dévoré d’amour pour elle. Depuis combien te temps ? Il ne le sera jamais, toujours peu être, qui sait ? Un jour il c’est levé et l’a aimé tout simplement comme on aime le chocolat.

Et les paroles, et ses paroles qu’elle lui murmure, elles sont dur et triste … Si vaan n’avait pas existé zero son fils, l’enfant qu’elle chérissait si fort ne serai jamais venu au monde et jamais alors elle n’aurait eu l’air si heureuse qu’en le tenant dans ses bras. Mika le savait tout ça, il savait que même si elle le souhaité, quelque par au fond d’elle elle bannissait cette rencontre qui a offert une vie.

Et les parole de Kaorii était si doux pour lui, elle le considérait comme un ange, lui qui avait toute sa vie était un démon. Il l’aimait.

Elle l’embrassa, un baiser au nom de désir, oui elle lui donnait envi mais son être savait qu’il devait attendre, il était un sage avant tout et donc il devait attendre pour la prendre, pour s’unir a elle. Mais quand l’être aimé vous embrasse de cette manière, quand elle se colle autant a vous, et quand elle vous dit tant de chose comment resetait ? Comment dire non au démon qui ne souhaite que ça ? Comment repoussait cette pulsion si délicieuse qui embrase ses reins. Se plaçant au-dessus d’elle, ses jambe emmêlait au siennes, ne quittant pas ses lèvres, ses main glisse tels des serpents sous son haut. Caressent cette peau inconnu et si douce, ses lèvres quittent les sienne pour trouvé son cou qu’il dévoré a petit cou de baiser voler. Et la robe remonte toujours un peu plus, et la chaleur se repent toujours plus, il caresse ses sein si doux, va les embrasser comme si c’était la dernière fois. Retrouve ses lèvres si délicieuses. Sa chemise disparait en même temps que la robe et le soutient gorge. Ses geste son lent, loin d’être inexpérimenté pour sa première fois, cette première fois dont il a tant rêvait. Il la regardait, le désir dans ses yeux, seul un vêtement la couvre encore mais il ne peut que la trouvé belle. L’embrassant sans relâche il enlève la dernière barrière, il l’aime et lui fait savoir par ses caresse ses baiser, la prépare. Et puis enfin l’union, il a chaud, et se sent bien, un sourire orne ses lèvres. Il l’aime tant. Ses mouvement son lent et amoureux, il l’embrasse partout la dévorant. Va à son oreille.

-Si tu veux de mon sang prend le…

Il soupire et se mordant la langue au sang repart l’embrasser. Le baiser et sauvage et amer, au gout de sang et pourtant il est toujours autant amoureux. Ils gémissent a l’unissons, soupirent de bien être, et dans un dernier assaut hurlent leur amour.

Mika la prend délicatement dans ses bras, lui murmurant des mots d’amour des mots que l’in ne dit pas tout les jours. Et pour finir un « je t’aime » qui reste gravait a jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Sidhe

avatar

Rembecki Daphnée L.
Princesse Sidhe


Messages : 438
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 24
Localisation : Cherche mon aura 8)


Feuille de personnage
ma fiche:


MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   Mer 22 Juin - 14:21

Je savais ce que j'avais ratée dans ma vie. C'est pas mon passé, c'est ce que j'ai pu faire par le passé. Ce que j'ai pu faire qui a blesser tant de personnes et surtout mon fils! J'avais tant été absorber par cette obsession de recouvrer ma mémoire que j'en avais oublier le plus important. je voulais tant ma vengence que j'ai faillit mettre en péril mon propre couple. J'avais tellement été égoïste. Mais à présent, je me sentais libre, aussi légère qu'une plume, voir plus légère que cela même. J'étais libérer de mes chaînes, libérer de mes démons, libérer de toute responsabilité trop lourde pour mes épaules. Je savais que maintenant, j'allais pouvoir atteindre la lumière, rendre heureux Mickaël, me surpasser! Je savais que j'étais sortie de l'ombre, j'avais retrouver le soleil comme pour une première fois d'un nouveau né. J'étais telle un ange qui avait gagner ces ailes, c'était comme ci je portais une auréole sur la tête. Tant de bonheur d'un coup, c'était délicieux. Je souhaitais simplement que ce bonheur ne soit pas éphémère et qu'il disparaisse du jour au lendemain sans prévenir.

Il fallait à présent que j'offre ce que Micka attends depuis tellement longtemps. Il fallait que j'ouvre les yeux, que je me rende à l'évidence. Mickaël n'était pas Vaan. Ils n'avaient rien en commun. A part peut-être le fait d'être mu-ange, mi-démon? Mais a part cela? le corps, le façon de pensées, leurs paroles, leurs gestes. Ils n'avaient rien a voir l'un et l'autre. Même si Vaan a été une erreur, Mickaël, lui, n'en es pas une. Ce n'est pas juste qu'il trinque pour un mec qui 'en fou de sa propre famille!

Recouvrer la mémoire dans l'immédiat n'était pas nécessaire, cela plus ma priorité. A présent, ma seule priorité était le bonheur. Aussi bien le miens que de ceux que j'aime! Aujourd'hui, seule le présent et le futur compte. Le passé est jeter aux oubliettes! A part me retrouver dans les souvenirs, je ne veux pas savoir ce qu'a été ma vie. J'imagine déjà ce qu'elle a été. Le bonheur des premiers jours puis ensuite, la descente aux enfers! Je pense que dans le fond, je l'ai toujours su mais je me voilais la face pour ne pas avoir a souffrir. C'est ce que Mickaël tentait de me dire, tentait de me faire réaliser que le passé reste le passé, qu'on s'en rappel ou non, cela ne sert à rien car il est déjà vécue, déjà passé et qu'on ne peut faire marcher arrière. Maintenant que j'ai comprise tout cela et que j'ai enfin fait le point dans ma tête, il faut juste que je lui montre. Que je lui prouve que j'ai compris, que j'y ai réfléchit et que je ne laisserais plus le passé piétiner notre futur. Que l'avenir est quasi-garantie. Que notre histoire n'est pas d'un soir, d'un mois ou d'un an mais pour toujours!

Il se plaça au dessus de mon corps, je savais ce qu'il attendait et j'allais lui offrir. Pour la première fois depuis plus d'un an j'allais lui donner ce qu'il souhaitait. Une envie soudaine fit surface. Une pousser d'adrénaline s'installa en moi. Le simple fait de croiser son regard enflamme mon corps comme de la braise. Il ni a pas que moi qui est du pouvoir sur lui, lui aussi en a sur moi. Plus qu'il ne peut l'imaginer d'ailleurs. J'étais en feu, tout mon corps réclamait le sien. Quand il toucha mon corps "nu" avec sa main, je sentie une chaleur monter en moi. Jusqu'au moment ou il me mise en petite culotte. Son regard poser sur moi était comme des coups de soleil sur ma peau. Il replongea ces douces lèvres contre les miennes et ma culotte disparut. Je me retrouva nue sans plus aucune protection sur moi. Il commença, a ce moment précis, je ne pu m'empêcher de gémir pour la première fois. Son sourire, me donnais le vertige, son corps me donnais chaud, son regard faisait bouilloner mon sang. Chaque geste, chaque muscle contracté me donnais du plaisir. J'étais comme au septième ciel, mais le septième ciel de Mickaël. C'était l'une des meilleurs choses a laquelle je voulais m'agripper. Oui, ce moment de bonheur était plus qu'intense pour moi!

Il alla à mon oreille en continuant ce qui me faisais tant de bien. Il me dit que si je le souhaitais tant que cela, je pouvais lui prendre du sang. Mon excitation se renforça de plus en plus! Après un soupire, il m'embrassa de nouveau, sa bouche avait un gout de sang. Un gout de fer parfumé au jus de framboise. Ce baiser m'aida a gémir plus fort que le début. Mon gémissement de la fin n'était de cette catégorie, c'était un cri de joie. Une joie et un plaisir extrême.

Il me prise ensuite dans ces bras en me murmurant des mots d'amour. Je devins rouge en repensent a ce que nous venions de faire, a ce que je venais de faire également. Mais a ce mot "Je t'aime", ma honte disparut aussitôt, je le regarda en arrêtant de cacher mon visage à l'intérieur de son cou pour mieux le voir. Je l'embrassa avec une telle passion, qu'on aurait dit une groupie devant son chanteur favori, son dieu! Car Mickaël est le miens! Je plongea mon regard dans le siens.

-Je t'aime aussi mon amour. *Observe son cou* Tu bouillone de l'intérieur Micka. Ton sang m'appelle, j'ai une soif étrange, insoutenable, infernale!! Je suis désolée mais je ne peux plus me retenir... *Lui lèche le cou* Un jour, tu devra m'expliquer comment tu fait pour lire ainsi dans mon esprit. Pour savoir ce que je veux, ce que je désire, ce que je souhaite à chaque instant. J'aimerais connaître ton secret pour l'appliquer sur toi. Pour que je sache ce que tu veut, cela m'aiderais a te rendre heureux.

Je lui adressa un magnifique sourire, digne de celui d'un ange. Je m'approcha lentement, délicatement de sa gorges lisse, douce et soyeuse. Je lui embrassa tendrement le cou avant d'enfoncer d'un seul coup mes crocs sur cette belle peau lisse. Je prise le "fruit" défendu d'Adam et Eve en seulement quelques secondes. Oui, je me suis laisser succomber à la tentation de ce gout irrésistible. Ce qui coulait à l'intérieur de cet homme parfait était plus qu'attirant, cela me rendais même folle quand je m'abstenais d'y gouter. Le savait-il? Savait-il qu'il me rendais folle quand il était pas près de moi? Quand j'avais pas ma dose de lui? Quand je ne sens plus son odeur sur mes vêtements? Je ne pense pas. Il était devenu ma drogue, une drogue dur! Après avoir prise une dose assez suffisante pour que je n'ai plus a en réclamer pour plusieurs jours, je retira mes crocs de cette magnifique gorges puis m'essuya la boucha à l'aide d'un mouchoir en soie avec mes initiales broder dessus. Je jeta un coup d'oeil a sa morsure, elle était sale et j'avais peur d'abîmer cette si jolie peau. Je prise alors du coton en y mettant du désinfectant et l'appliqua sur celle-ci. Je sortie ensuite un pansement d'une boîte de secours en fer et l'appliqua sur la blessure. une fois la morsure soigner, je fis un bisou et embrassa avec tout mon amour les lèvres de cet homme qui me fais tant tourner la tête. Je me re-blottie contre lui et d'une voix a peine audible je me mise à parler.

-Je ne sais pas si tu le sait mais... Ton sang m'appelle presque tout le temps. Et ce, depuis un bon moment déjà. Mais ceci a une signification. C'est parce que je me suis privé de t'offrir mon corps, alors mon cerveau ou du moins, mes hormones ou chercher autre chose en attendent que je sois prête. Et l'idée qu'elles ont trouver est ton sang... Etrange, n'est-ce pas? Pour un esprit surtout... Les esprits n'aime pas trop le sang généralement. Je trouve moi-même ce phénomène étrange.

Je me tu d'un seul coup, n'osant plus le regarder. Par peur qu'il me prenne pour une folle assoiffer de sang.



Mon ange ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://residentialstrange2.forumgratuit.org



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Lorsqu'on s'aime   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsqu'on s'aime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Quand on aime on pardonne", "Le baron mystér
» J'aime deux choses
» Sais tu combien je t'aime? {L’indicible amour sur nos lèvres}
» J'aime ce lieu
» Et m’aime si {A Toi Séduisant Jeune Homme}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.S.2 :: Inutile~ :: Corbeille :: Dortoir mixtes :: Bureau du principal adjoint-